Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Corruption en Italie Le Premier ministre italien à la rescousse d’Expo 2015

, Milan


«L'Etat est plus grand et plus puissant que les voleurs», a déclaré Matteo Renzi à un an de l’ouverture de l’exposition universelle de Milan.

«L'Etat est plus grand et plus puissant que les voleurs», a déclaré Matteo Renzi à un an de l’ouverture de l’exposition universelle de Milan.

(AFP)

Matteo Renzi a personnellement pris la défense de l'exposition universelle de Milan, empêtrée dans un scandale judiciaire. Il a fustigé les magouilleurs mais aussi ceux qui, comme l'ex-comique et fondateur du mouvement Cinque Stelle, Beppe Grillo, demandent à grands cris l'arrêt des travaux.

A Milan, les habitants, les institutions et les préposés aux travaux l'attendaient impatiemment. La visite de Matteo Renzi, qui a eu lieu le 13 mai, au lendemain de l'arrestation de sept personnes – politiciens, entrepreneurs et imprésarios - accusées d'avoir attribué les mandats de l'Expo 2015 en échange de pots-de-vin, a été très différente de celle du mois d'avril.

Il y a un mois, le Premier ministre italien avait soigneusement évité de dire quoi que ce soit à propos de l'Expo, éludant habilement les questions des journalistes. Lors de sa deuxième visite, en revanche, le politicien a ouvertement pris fait et cause pour l'exposition universelle, un chantier de treize milliards d'euros destiné à accueillir plus de 20 millions de visiteurs.

«L'Etat est plus grand et plus puissant que les voleurs», a dit Matteo Renzi, qui a ajouté que pour être prêts en vue du rendez-vous international, il fallait l'aide de tous. Egalement celle des entrepreneurs, qu'il a rencontrés au siège de la Chambre de commerce de Milan. «Je demande un coup de main aux gens qui produisent, il faut davantage d'efforts afin que le climat de notre pays change et que l'espoir revienne.»

Le gouvernement italien fera sa part, a garanti le président du Conseil des ministres. «D'ici à 2015, il faudra mettre au point les réformes nécessaires pour que notre pays puisse s'enorgueillir de son passé et préserver jalousement son avenir. L'Expo ne doit pas être vue comme un évènement bureaucratique mais comme une question d'identité.»

Une promesse verbale suivie de faits concrets. Matteo Renzi a chargé l'ex- procureur Raffaele Contone – nommé en mars dernier président de l'Autorité nationale anticorruption – de déblayer le chantier de l'Expo de cette nouvelle vague de pots-de-vin.

Expo Milan 2015

L'Exposition universelle de Milan se tiendra du 1er mai au 31 octobre2015.

Son thème, «Nourrir la planète - Énergie pour la vie», vise à aborder le problème de la nutrition dans le respect de la Terre où l’homme puise ses ressources.

Les pays participants sont appelés à présenter leurs compétences dans les secteurs de l'agriculture, de la production industrielle, du commerce de produits alimentaires et de la recherche scientifique, de façon à élaborer des modèles pour assurer une alimentation saine, suffisante et durable à toute l'humanité.

Au moins 20 millions de visiteurs sont attendus, dont 5 millions provenant de l'étranger.

Fin de l'infobox

Beppe Grillo demande l'arrêt des travaux

La prise de position du Premier ministre italien a obtenu le soutien de presque tous les partis, y compris la Lega, Forza Italia e Fratelli d'Italia (droite nationaliste), qui représentent l'opposition.

A l'exception du mouvement Cinque Stelle, dont le leader charismatique Beppe Grillo - que les sondages sur les élections européennes donnent en hausse - a demandé à la magistrature l'arrêt des travaux.

«Nous devons ouvrir les yeux, l'Expo n'a pas été conçue pour donner une image de l'Italie dans le monde, mais pour blanchir de l'argent. Il s'agit d'une association de délinquants qui œuvre en plein jour», a lancé l'ancien comique génois. Et, en pleine campagne électorale, il n'a pas épargné ses critiques aux autres politiciens, conviant l'Autorité anticorruption à s'occuper des partis, en commençant par le Parti démocratique (PD), la formation de Matteo Renzi.

L'enquête continue

Dans l’intervalle, l'enquête judiciaire a révélé de nouveaux détails et d'autres cas de mandats publics truqués. Les personnes sous examen auraient tenté de mettre la main non seulement sur les projets de la grande surface d'exposition de plus d'un million de mètres carrés sise à Rho, en banlieue de Milan, mais aussi sur la construction des pavillons des pays hôtes.

Le rôle joué par l'imprésario Angelo Paris a ainsi été passé au peigne fin. L'homme a déjà été remplacé par Marco Rettighieri, ex-directeur général de la ligne ferroviaire Lyon-Turin. Angelo Paris se déclare innocent mais les écoutes téléphoniques le concernant sont accablantes: «Je peux vous avoir tous les travaux que vous demandez. Il suffit que vous me donniez un coup de main pour ma carrière», aurait-il notamment déclaré à l’un de ses interlocuteurs.

Le 15 mai dernier, le parquet régional de la Cour des Comptes pour la Lombardie a ouvert une enquête pour découvrir d'éventuelles évasions fiscales dans la gestion des mandats attribués pour l'Expo. Une équipe de magistrats comptables a été formée et placée sous la houlette du procureur Antonio Caruso. Le but du gouvernement est de tout mettre en œuvre afin que Milan et l'Italie soient prêts pour l'échéance de 2015.

La Suisse confiante

Vicente Loscertales, secrétaire du Bureau international des expositions (BIE), n’hésite pas à rassurer et à soutenir les dirigeants de l'Expo dans la poursuite des travaux.

Il y a quelques jours, pendant une visite sur les chantiers, le diplomate espagnol a affirmé que l'Expo sera un succès: «L’Italie est le pays de la créativité, du sens de l'esthétique et du beau. Mais il y a aussi le revers de la médaille et je savais dès le début que cette exposition universelle aurait un parcours tortueux. Le coup qui lui a été asséné ne doit cependant pas remettre en question le bon travail accompli jusqu'à ce jour.»

Vicente Loscertales s'est également déclaré confiant à propos des retombées internationales de ces casseroles judiciaires: «Milan est une vitrine trop importante pour que les pays participants changent leurs projets et leurs investissements.»

La Suisse se montre également optimiste. «Les autorités italiennes gèrent désormais les chantiers de l'Expo. Les enquêtes ainsi que les fréquents contrôles prouvent la volonté de diminuer les mauvaises influences. La Suisse suit l'évolution de cette enquête avec la plus grande attention», a déclaré Andrea Arcidiacono, de Présence suisse, l’organe de promotion de la Suisse à l’étranger, à swissinfo.ch.

Ainsi, après le succès obtenu durant la première étape du «Tour du goût», qui a eu lieu à Milan du 30 avril au 11 mai, et l’accueil de 60'000 visiteurs au Village suisse installé au mois de juillet au Parc Simplon, les travaux de construction de «Confederatio Helvetica», le pavillon suisse situé juste à côté du pavillon italien, pourront commencer.


(Traduction de l’italien: Gemma d’Urso), swissinfo.ch


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×