Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Cuche et Barbezat dans «merci patron»

"C’est notre meilleur spectacle", affirme d’entrée Jean-Luc Barbezat.

Le duo d´humoristes neuchâtelois signe son 5e spectacle, mais, cette fois-ci, sous l´égide du metteur en scène genevois Pierre Naftule. Une comédie qui s´inscrit en plein dans le contexte socio-économique du moment.

Cuche et Barbezat ont repris la route pour une tournée romande, dont la prochaine représentation aura lieu au MAD à Lausanne, le samedi 9 décembre. Leur fidèle public n'est pas dépaysé, puisqu'il retrouve deux personnages fétiches du duo: Jean-Henri, cadre dans le bas du canton de Neuchâtel et Pierre-Etienne, ouvrier des hauts du canton à La Chaux-de-Fonds.

Tous deux organisent une fête de fin d'année pour leur fabrique horlogère neuchâteloise. Mais le patron de leur entreprise se fait attendre. Et pour cause, cette dernière est sur le point d'être vendue à une multinationale asiatique, comme c'est si souvent le cas, ces dernières années.

Il faut souligner que Jean-Henri et Pierre-Etienne sont deux copains de longue date. Mais leur amitié s'effrite. Car, devant l'impératif de sauver leurs intérêts personnels, ni l'un ni l'autre ne se révèlent honnêtes. Bref, un pan de la nature humaine, dans lequel, se retrouve, à un moment ou à un autre, le spectateur.

«Ce qui est intéressant, relève Jean-Luc Barbezat, c'est que, sur scène, Benjamin Cuche et moi-même ressentons le public prendre parti tantôt pour l'ouvrier, tantôt pour le cadre.»

«Jusqu'alors, nous nous amusions, nous improvisions plus que nous jouions véritablement sur scène, précise le Sieur Barbezat. D'ailleurs, nous ne sommes pas de véritables comédiens. Mais avec Pierre Naftule, nous avons franchi une importante étape dans notre travail, en ce sens que, pour la première fois, nous avons été dirigés sur scène. Ce qui nous a permis de nous concentrer davantage sur nos rôles de comédiens.»

Ainsi, après les premières représentations de novembre - qui ont fait salle comble à Beausobre (Morges) et à Grandchamp (Gland) - Cuche et Barbezat en ont déduit que c'était là leur meilleur spectacle. Bien que les deux lascars aient déjà triomphé avec «Chienne de vie» durant quatre mois à Paris et un mois à Bruxelles.

Nul doute que la force de ce duo humoristique suisse demeure la complicité qui règne entre ses deux protagonistes et leur côté ressortissants du terroir (neuchâtelois). C'est là qu'il faut sans doute chercher la clé de leur succès international.

C'est qu'ils jouent depuis vingt ans ensemble, Cuche et Barbezat. Et ne se réclament d'aucune référence artistique. Ils avouent d'ailleurs ne pas du tout savoir incarner quelque personnage que ce soit, sinon eux-mêmes, plus vrais que nature.

«Lorsque nous avons commencé à nous produire en tant qu'adolescents sur scène, raconte Jean-Luc Barbezat, nous voulions décliner de la poésie. Mais, très vite, nous nous sommes aperçus que, bien malgré nous, nous faisions à chaque fois rire notre entourage. Nous en avons donc conclu que la voie à suivre était celle du comique.» Pensez, avec de tels physiques et surtout un tel accent!

Emmanuel Manzi

Théâtre du Passage à Neuchâtel du 27 au 31 déc. et du 3 au 7 janv., puis à l'Octogone de Pully du 17 au 21 janv. (20h30), etc.




Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×