Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

"Les Vacances" de Valentin Rossier

Valentin Rossier (debout, au centre) et ses comédiens de l' Helvetic Shakespeare Company. (Isabelle Meister)

Elles se passent dans un théâtre de verdure près de Genève où le metteur en scène romand tend un miroir à son public.

En s'appuyant sur des textes de Jean-Claude Grumberg et d'Ettore Scola, Rossier raconte les petites lâchetés des vacanciers auxquels il voudrait échapper. Portrait.

Sa voix est brutalement soulevée par une rafale de défi, que calme aussitôt un humour bon enfant. «Je n'aime pas les vacances, surtout l'été. Tout ce qui est obligatoire et concerne la masse me dérange», lance Valentin Rossier qui monte précisément "Les Vacances" dans un théâtre de verdure, près de Genève.

En plein mois de juillet, lorsque vous rongez votre frein, attendant impatiemment votre tour pour l'habituelle pause estivale, la remarque de Rossier peut vous paraître provocatrice. En somme, elle résume assez bien l'esprit de cet acteur et metteur en scène attachant comme ses spectacles; lesquels sont toujours nimbés d'une désespérance enjouée.

De Shakespeare au Grand Cahier

Fortement attaché à Shakespeare, dont il a monté pratiquement toutes les pièces (encore un défi), Valentin Rossier commet de temps en temps des infidélités au grand Will. Et ce, avec le plaisir d'un homme qui se félicite d'avance d'une «trahison» capable de lui procurer une nouvelle jouissance.
Quitte à retrouver avec plus d'excitation l'auteur de Hamlet.

Hamlet justement, que Rossier a mis en scène et joué cet hiver à Genève. «Il fallait de l'endurance, confie-t-il, pour monter un tel monument». Une endurance acquise au contact d'un autre écrivain, Agotha Kristof, auteur du célèbre "Le grand cahier".

"Le grand cahier", récit de souffrances et de guerres, Valentin Rossier l'a interprété en solo, au Théâtre de Vidy-Lausanne. C'était en 2004. Depuis, le spectacle a fait le tour de Romandie. Il est même arrivé jusqu'à Paris où la presse l'a accueilli avec beaucoup d'enthousiasme.

«Il y eut un avant et un après "grand cahier", lâche dans un souffle Valentin Rossier. Ce texte, très difficile à jouer, m'a appris à me dépasser sur scène. Il m'a donné le courage d'aborder Hamlet, mais il m'a appris aussi à baisser la tension».

Ces vacanciers qui détestent les vacanciers

D'où sans doute le choix de ces "Vacances", texte du Français Jean-Claude Grumberg, que Rossier agrémente de deux autres courtes pièces, "Les Rouquins" du même Grumberg et "La Victime", écrite par Ettore Scola pour le film de Dino Risi "Les monstres". Le tout étant, bien sûr, joué en plein air.

Pour bien humer cet air de vacances, donc, Rossier a placé son spectacle dans un café en bord de mer. Nous sommes en Grèce, et là les touristes, qu'ils soient "Rouquins" ou "Victime", offrent au public le même visage, celui d'une «humanité bête, sale et méchante», s'amuse à dire le metteur en scène.

«C'est bien connu, ajoute-t-il, les vacanciers détestent les vacanciers, peut-être parce que chaque touriste voit en l'autre sa propre image».

Ce que montre Jean-Claude Grumberg, c'est le racisme, la vanité, l'avidité, l'intolérance... Bref, toute cette petite misère humaine que nous essayons de cacher durant l'année, sur notre lieu de travail, et qui se dévoile malgré nous durant les vacances, fragilisés que nous sommes par notre nudité. Au bord de l'eau, on se relâche forcément. Au sens propre comme figuré.

swissinfo, Ghania Adamo

Faits

"Les Vacances", est un spectacle composé de trois courtes pièces: "Les Rouquins" et "Les Vacances", de Jean-Claude Grumberg, et "La Victime", d'Ettore Scola.
Mis en scène par Valentin Rossier et interprété par son "Helvetic Shakespeare Company", le spectacle est joué tous les soirs (sauf les samedis) à 21h30 dans le Parc du Château de Penthes, Chemin de l'Impératrice à Chambésy (Genève), jusqu'au 6 août.
Réservations au No de téléphone 079 238 18 30. Les représentations peuvent être annulées en cas de mauvais temps.

Fin de l'infobox


Liens

×