Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Décès du compositeur Jacques Wildberger

Le compositeur Jacques Wildberger au travail en 1999.

(Keystone)

Le compositeur suisse Jacques Wildberger s'est éteint mercredi à son domicile de Riehen, dans le canton de Bâle. Il était âgé de 84 ans.

Il était considéré comme l'un des plus importants compositeurs suisses du 20ème siècle.

Jacques Wildberger naît à Bâle le 3 janvier 1922. En 1944, il entre au Parti du travail (le parti communiste suisse) et compose des chansons engagées pour un cabaret et la nouvelle scène populaire bâlois, mais quitte ce parti trois ans plus tard, en réaction à la politique de Staline.

En 1948, il devient l'élève du compositeur d'origine russe Wladimir Vogel, en exil à Ascona (Tessin). Ses premières œuvres sont exécutées aux cours d'été de Darmstadt (1951-1952), à la WDR de Cologne («Musik der Zeit», 1956), au festival d'Aix-en-Provence (1958) et à Paris, au Domaine Musical (1958).

Trouver le juste milieu

C'est en 1953 qu'il s'impose à Donaueschingen avec «Tre Mutazioni», pour orchestre de chambre. Dans son œuvre, il a essayé de trouver un juste milieu entre les musiciens de l'école de Vienne, dont Arnold Schoenberg, et des compositeurs comme Pierre Boulez, tout en subissant l'influence de Vogel.

Entre 1959 et 1966, il enseigne la composition, l'analyse et l'instrumentation à l'Ecole Supérieure de musique de Karlsruhe, puis, jusqu'en 1987, à la section professionnelle de l'Académie de Bâle.

Parmi ses œuvres récentes: «Du holde Kunst», représentation profane pour récitant, soprano et orchestre (1987-1988), «Kammerkonzert für Saiteninstrumente und Synthesizer» (1995-1996), «Commiato», pour quatuor à cordes (1997).

swissinfo et les agences


Liens

×