Navigation

Skiplink navigation

Les JO de la jeunesse, laboratoire d’essai pour les «vrais» Jeux

La révélation suisse de ces JOJ: Amélie Klopfenstein a remporté trois médailles. Keystone / Jean-christophe Bott


Ce contenu a été publié le 17 janvier 2020 - 14:00

Lausanne — la «ville olympique» qui héberge déjà le Comité international olympique (CIO) et le Musée olympique — accueille aussi en ce moment les Jeux olympiques de la jeunesse. De nouveaux sports, un village olympique futuriste et des équipes multinationales sont autant de concepts qui y sont testés grandeur nature.

Les bases

End of insertion

Les Jeux olympiques d’hiver de la jeunesse (JOJ) 2020 ont lieu à Lausanne ainsi que sur sept sites répartis dans trois cantons et en France voisine. Au total, 1872 athlètes de 15 à 18 ans issus de 79 pays y participent; un record. Huit sports d’hiver et seize disciplines sont présentés: des épreuves traditionnelles comme le hockey sur glace ou le ski alpin, mais aussi quelques nouveautés.

Un laboratoire

End of insertion

Lausanne 2020 est la 3e édition des JOJ d’hiver, après Innsbruck en Autriche (2012) et Lillehammer en Norvège (2016). Les JOJ ont été conçus comme un moyen de relancer l’intérêt pour les Jeux olympiques et comme une réponse aux préoccupations croissantes concernant l’obésité infantile et la diminution de la participation des jeunes dans les sports.

Les responsables du CIO décrivent les JOJ comme un laboratoire où les fédérations sportives internationales peuvent essayer de nouvelles disciplines et de nouveaux formats, et où les organisateurs peuvent tester de nouveaux concepts qui pourraient être introduits ultérieurement dans les JO.

Voici à quoi ressemble la version olympique du ski alpinisme. Keystone / Joel Marklund / Ois

Nouveaux sports

End of insertion

Parmi les nouveautés, le public peut découvrir le ski alpinisme dans la station vaudoise de Villars. Cela consiste à gravir des pentes en se déplaçant sur des skis munis de peaux de phoque ou en les portant sur l’épaule, puis à descendre certains secteurs à ski.

Signalons encore comme nouveauté le bobsleigh individuel (monobob) ou des tournois de hockey sur glace à trois contre trois.

Des équipes mêlant des hommes et des femmes issus de plusieurs nationalités ont disputé des épreuves de patinage de vitesse à St Moritz. Olympic Information Services/ioc

Parité des genres et équipes mixtes

End of insertion

Les organisateurs de Lausanne 2020 indiquent qu’il s’agit des premiers Jeux olympiques où il y a une parité totale entre les sexes, c’est-à-dire avec le même nombre de participantes que de participants.

Des épreuves mixtes sont également testées à Lausanne pour le biathlon, le combiné nordique, le curling, la luge, le patinage (artistique, de vitesse et de vitesse sur piste courte), le saut à ski, le snowboard cross, le ski alpin et le ski alpinisme. A Lausanne, des équipes mixtes ont également été mises sur pied pour le hockey sur glace à trois contre trois et le relais de ski alpinisme.

Le Vortex - c'est le nom du village olympique de Lausanne - se transformera en centre d'hébergement pour les étudiants à l'issue des JOJ. Keystone / Jean-christophe Bott

Durable?

End of insertion

La présidente de Lausanne 2020, Virginie Faivre, insiste sur le fait que les Jeux de Lausanne sont «durables». Ils sont en phase avec l’Agenda 2020, la stratégie de réforme du CIO visant à réduire les budgets et la complexité des Jeux olympiques par le biais de candidatures multisites flexibles et de stratégies moins coûteuses basées sur les installations existantes.

Virginie Faivre affirme que rien de nouveau n’a été construit ou rénové pour ces JOJ, qui ont simplement contribué à accélérer les projets existants. Les JOJ 2020 sont par ailleurs restés dans les limites de leur budget de 40 millions de dollars.

Les organisateurs indiquent que 80 % des athlètes et des entraîneurs accrédités ont utilisé des autobus ou des trains pour se rendre du village olympique vers les différents sites.

Des militants pour le climat tels que Extinction Rebellion Lausanne et la Grève pour le climat Vaud ont néanmoins critiqué l’organisation de Lausanne 2020.

Les JOJ ont été très touchés par le manque de neige, comme ici pour les épreuves de ski de fond à la Vallée de Joux. Keystone / Jean-christophe Bott

Temps chaud

End of insertion

Les températures inhabituellement douces de cet hiver, combinées à un manque de neige et à de fortes pluies, ont nui aux préparatifs. Les organisateurs ont dû attendre quelques jours avant le départ pour confirmer que le lac de St Moritz était gelé et prêt pour les épreuves de patinage de vitesse.

En raison des précipitations de pluies aux Diablerets, la piste de ski a dû être raccourcie de plusieurs centaines de mètres pour permettre aux compétitions alpines de se dérouler. Le manque de neige est également préoccupant sur le site des Grandes-Roches, dans la vallée de Joux, où se déroule le ski de fond.

Les élèves de la régions ont été invités à participer aux événements olympiques. Handout Image Supplied By Ois/ioc. Olympic Information Services Ois. This Image Is Offered For Editorial Use Only By The Ioc. Co

Verdict?

End of insertion

Les JOJ 2020 sont les premiers Jeux olympiques d’hiver à se tenir en Suisse depuis les JO de St Moritz de 1948. Depuis lors, la candidature la plus aboutie, celle de Sion 2006, n’a pas convaincu le CIO qui lui a préféré celle de Turin. Plus récemment, tous les autres projets se sont échoués sur l’écueil du vote populaire, que ce soit pour des raisons de coûts ou de défense de l’environnement.

Les autorités suisses, désireuses de raviver l’intérêt pour les Jeux olympiques, et les responsables du CIO, soucieux de valider les principes de l’Agenda 2020, croisent donc les doigts pour que tout se passe bien. Virginie Faivre a indiqué que 170’000 spectateurs avaient assisté aux manifestations au cours de la première semaine, dont 65’000 écoliers.

«Les JOJ incarnent l’esprit de l’Agenda 2020, dans le sens où l’événement est adapté à la région et non l’inverse», a déclaré Melina Parent, professeure de gestion d’événements sportifs à l’Université d’Ottawa, dans une récente entrevue accordée au quotidien Le Temps.

S’il est difficile d’imaginer que les grands Jeux s’alignent sur les Jeux de la jeunesse, la spécialiste estime que de nombreuses innovations moins visibles testées à Lausanne, comme les systèmes informatiques et d’accréditation, pourraient être déployées ultérieurement.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article