Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Pour que les meilleurs gagnent!

Anne Bisang, femme de débat.

(tsr.ch)

Anne Bisang, directrice de la comédie de Genève, a tenu récemment une conférence de presse sur «le rôle de l'institution théâtrale face aux jeunes créateurs».

Petit bilan en guise de baisser de rideau sur cette saison qui s'achève.

Il fallait assurer la suite. Cette suite que l'on craignait lorsque Anne Bisang arrivait, en 1999, à la tête de la Comédie de Genève, succédant ainsi à des directeurs 'costauds’ comme Claude Stratz et surtout Benno Besson.

La jeune femme, alors inconnue des grands théâtres européens, allait-elle pouvoir, se demandait-on à l'époque, continuer l'oeuvre de ses prédécesseurs en maintenant la vénérable maison genevoise sur le devant de la scène?

Six ans après, la réponse est oui. Les coproductions avec Paris et Bruxelles vont bon train. Il est vrai qu'Anne Bisang reste un peu trop confinée dans l'espace francophone. C'est ce qu'on lui reproche, souhaitant l'ouverture de sa Comédie à des scènes européennes moins connues sous nos latitudes.

Mais son travail n'en demeure pas moins louable. Sur le plan local en tout cas, son ambition est ferme. Elle l'a dit le 16 juin dernier lors d'une conférence de presse sur «le rôle de l'institution théâtrale face aux jeunes créateurs».

Perspectives d’avenir

Entendez les jeunes créateurs suisses, autrement appelés auteurs, metteurs en scène et acteurs fraîchement issus de nos écoles d'art dramatique.

A cette jeunesse artistique souvent méconnue, voire inconnue du grand public, Anne Bisang affirme vouloir offrir des perspectives d'avenir. «C'est mon rôle, entre autres, a-t-elle donc affirmé, que d'apporter espoir et aide financière à de jeunes talents, afin que leur oeuvre trouve l'écho qu'elle mérite».

Et la directrice de la Comédie de préciser: «Contrairement à la France, par exemple, il y a peu d'auteurs de théâtre romands qui ont traversé les continents et les siècles. En accueillant en résidence les plus doués d'entre eux, j'espère pouvoir leur donner la chance de devenir nos grands auteurs de demain».

A Mathieu Bertholet, dramaturge valaisan de 28 ans, elle a donc passé commande d'une pièce, «Méphisto», qu'elle montera elle-même à la Comédie en janvier 2006.

Même attention accordée aux metteurs en scène, surtout ceux qui évoluent avec peu de moyens dans le circuit du théâtre indépendant. Parmi eux, la prometteuse Alémanique Maya Bösch (32 ans) qui se voit offrir pour la première fois le plateau d'une grande institution. Anne Bisang lui confie donc pour la saison prochaine le «Richard III» de Shakespeare. Rien que ça!

Ne pas attendre

Eh oui! L'ambition ne va pas sans prise de risque. Anne Bisang le sait et l'assume. «Le théâtre, dit-elle, a également un rôle civique à remplir. Ce n'est pas parce que certains spectateurs fuient les jeunes créateurs inconnus qu'il ne faut pas programmer ces derniers. Les artistes en herbe ont également leur public qu'il faut respecter».

De même pour les jeunes comédiens, à qui Anne Bisang a souvent permis de faire leurs preuves, à peine sortis du conservatoire. Un exemple: Barbara Tobola à qui elle a confié, il y a deux ans, le rôle de Jeanne d'Arc dans la pièce éponyme de Bernard Shaw.

«Il serait absurde, affirme encore la directrice de la Comédie, d'attendre qu'une actrice ou qu'un acteur arrivent à maturité pour jouer les grands rôles d'une pièce. Je vois mal Roméo ou Juliette interprétés par des comédiens de 40 ans. La jeunesse s'impose surtout lorsque le talent s'y mêle».

swissinfo, Ghania Adamo

En bref

- Anne Bisang a passé son enfance au Japon et au Liban.

- Elle s'est fait connaître par la Compagnie du Revoir, qu'elle a fondée et dirigée pendant 10 ans.

- Elle dirige la Comédie de Genève depuis 1999. Au-delà de la dimension artistique, elle a apporté une dimension politique au lieu, en y développant débats et forums.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.