Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Cyclisme: avec Cancellara, la Suisse peut viser une médaille

Les premiers Suisses sont arrivés à Concarneaux, en Bretagne où se déroulent dès mardi les championnats du monde de cyclisme. Bourquenoud et Puttini ont été appelés pour remplacer Zuelle et Montgomery, déclarés forfaits.

Pour la première fois de l'histoire, les championnats du monde cyclistes se déroulent en Bretagne du 10 au 15 octobre. C'est le berceau du cyclisme français, la patrie des Robic, Bobet, Hinault, Guimard, et la liste n'est pas exhaustive.

Dimanche prochain, point fort des Mondiaux avec la course des professionnels, Plouay - une bourgade de 5000 habitants dans le Morbihan - attend plus de 200 000 spectateurs! Car le cyclisme est presque élevé au niveau d'une religion dans ce coin de France.

Parmi les 6000 accréditations délivrées (coureurs, dirigeants, organisateurs, fonctionnaires, presse...) la délégation suisse en a retiré 54, dont 35 pour les athlètes. Les premiers Suisses sont arrivés à Concarneaux où ils résident, à 65 kilomètres à l'Ouest de Plouay, lieu des compétitions.

Steve Montgomery malade, Alex Zuelle en méforme, l'entraîneur allemand des Suisses, Wolfram Lindner, a fait appel aux Fribourgeois Pierre Bourquenoud et au Tessinois Felice Puttini pour les remplacer.

Premier remplaçant sur le carnet de Lindner, le Fribourgeois, après Lugano (1996) et Vérone l'automne passé, participe à ses troisièmes championnats du monde. Une fois encore, il devra se mettre au service de l'équipe, être présent lors dans les premières heures de la course. «Une tâche qu'il a assumée à mon entière satisfaction par le passé», dixit Lindner.

Après le couac des professionnels à Sydney, quels sont les espoirs des Suisses d'accéder au podium? Rocco Cataneo, chef de délégation: «à Sydney, j'avais pronostiqué, VTT compris, cinq médailles. J'hésite à me prononcer...Toutefois mardi avec la course contre-la-montre des moins de 23 ans, nous avons une bonne chance de médaille avec Cancellara».

Champion du monde junior de la spécialité en 1998 à Valkenburg et à Vérone en 1999, le Bernois affiche sa confiance: «au terme des courses par étapes j'avais peur que la forme décline. Je suis soulagé: j'ai encore des réserves. En regardant la liste de départ, nous sommes six pour trois médailles. Hier je pensais entrer dans les cinq. Aujourd'hui je vise une médaille».

Pour en savoir plus, il faut attendre l'arrivée des professionnels vendredi. «J'ai l'impression qu'ils ne sont pas très motivés», relève Rocco Cataneo.

Pierre-Henri Bonvin

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×