Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Début d'un grand projet de coopération universitaire

Examen d'un cheval dans une salle d'anesthésie.

(Keystone Archive)

Les universités de Berne et de Zurich fêtent vendredi les débuts d'une faculté de médecine vétérinaire commune. Elle réunira 46 professeurs, 720 étudiants et 900 collaborateurs.

Vetsuisse constitue jusqu'ici la plus grande expérience de coopération entre des Hautes écoles en Suisse.

Les facultés de médecine vétérinaire de Berne et Zurich fusionnent comme prévu au 1er septembre.

Vetsuisse, produit de ce regroupement, réunira les étudiants de Berne et Zurich sous un même toit. Mais toujours sur les deux sites des villes des bords de l'Aar et de la Limmat.

La faculté Vetsuisse n'est certes qu'un exemple de coopération universitaire. Mais il s'agit de la plus grande expérience de ce type à ce jour en Suisse, indique jeudi les universités de Berne et Zurich.

Elle pourrait servir de 'modèle pour l'avenir', se réjouit même le recteur de l'Université de Berne, Urs Würgler.

Une des meilleures facultés

Le groupement des facultés de Berne et Zurich en une seule institution a pour but de rendre la médecine vétérinaire suisse plus compétitive au niveau international.

«Vetsuisse ne doit pas seulement être une faculté qui fonctionne bien, mais aussi une des meilleures qui existent», estime Urs Würgler.

Précisons qu'en Suisse, on ne peut faire des études vétérinaires qu'à Berne et Zurich.

Les normes de Bologne

Le nouveau cursus répond aux normes du système de Bologne, indique Wolfgang Langhans, responsable du projet et doyen de la nouvelle faculté.

L'enseignement par télévision (teleteaching) et par internet (e-learning) sera utilisé de manière fréquente en raison de l'éloignement des deux sites de Berne et Zurich.

Ces derniers garderont leurs cliniques vétérinaires et leurs prestations cliniques de base. Mais certaines spécialités ne seront à l'avenir offertes que dans un des deux cantons.

Le budget global de Vetsuisse s'élève à 88 millions de francs, soit 32 millions assumés par Berne et 56 millions par Zurich.

swissinfo et les agences

En bref

La pression des économies et du nombre croissant d'étudiants forcent les établissements d'enseignement supérieur à travailler ensemble. A l'image de ce que font depuis longtemps l'Université et l'Ecole polytechnique de Zurich ou les Hautes écoles de Genève et Lausanne.

Depuis 1993, les universités de Berne, Neuchâtel et Fribourg (BENEFRI) coordonnent leur enseignement et leurs recherches.

Les universités de Genève, Lausanne et Neuchâtel offrent quant à elles des cours d'étude post-grade uniformisés depuis 2002. En 2004, elles ont mis en commun leurs facultés de théologie.

L'université de Bâle travaille au sein du projet EUCOR avec des hautes écoles de France (Alsace) et d'Allemagne (Baden Württemberg).

Dans le cadre de la concurrence que se livrent les hôpitaux de pointe du pays, les hôpitaux universitaires des cantons de Berne et de Bâle-Ville ont annoncé qu'ils exploiteront conjointement dès 2007 le domaine de la chirurgie cardiaque.

Fin de l'infobox


Liens

×