Décollage vertical pour easyJet

L'intégration des futurs Airbus A319 dans la flotte d'easyJet sera effectuée par la filiale suisse de la compagnie britannique.

Ce contenu a été publié le 26 novembre 2002 - 17:59

En attendant, easyJet réalise un excellent bénéfice. Grâce, notamment, à l'acquisition cette année, de la compagnie Go Fly.

Il n'y a plus de doute, la compagnie aérienne britannique à bas prix (low cost) easyJet est devenue le numéro un européen du genre.

Et visiblement, son concept séduit. Il est simple, et permet aux voyageurs de réserver un siège par Internet et de se présenter simplement à l'embarquement. Ceci sans émission de billet.

En conséquence de quoi les résultats de la compagnie s'envolent, à en croire les chiffres 2002 publiés mardi.

EasyJet a effectivement dégagé un bénéfice imposable de 71,6 millions de livres sterling (164,5 millions de francs) lors de l'exercice. Quant à son chiffre d'affaires, il a augmenté de 55% à 552 millions de £ pour 11,4 millions de passagers transportés. Soit une hausse de 60%.

Pour les dirigeants d'easyJet, le succès de leur compagnie explique ces chiffres. Mais l'acquisition de Go Fly à la fin du mois de juillet a «dopé» la croissance d'easyJet de plus de 40%.

«Ce résultat ne fait que confirmer nos attentes sur un segment de marché en plein essor», a indiqué mardi Philippe Vignon, directeur commercial d'easyJet Switzerland.

Cela dit, le groupe déclare être confronté pour ces prochains mois à «un certain nombre d'incertitudes». Liées, notamment, à une éventuelle guerre au Proche-Orient et des menaces terroristes.

Sous pavillon suisse

En attendant, easyJet se prépare à accueillir les nouveaux avions de la compagnie. Avec une bonne nouvelle pour la Suisse.

«C'est la filiale helvétique qui est chargée de l'intégration opérationnelle de l'Airbus dans notre flotte», a expliqué Philippe Vignon.

Dans un premier temps, entre les mois de septembre et de novembre 2003, les sept Boeing 737 immatriculés à Genève seront remplacés par des Airbus A319. Mais à long terme, la compagnie changera ses 64 Boeing contre 120 Airbus.

L'objectif de cet investissement est simple: «avec l'acquisition des Airbus, nous comptons réaliser des économies d'échelle correspondant à 10 % de coûts opérationnels en moins par vol», a ajouté Philippe Vignon.

Nouveaux postes

La filiale suisse va donc s'occuper de leur lancement opérationnel, notamment par l'élaboration des manuels de vol et la formation des pilotes. Ce qui devrait créer des postes de travail.

Par ailleurs, de nombreux avions qui opèreront sur d'autres marchés que ceux de la Suisse seront tout de même enregistrés sous pavillon suisse.

A noter que la compagnie EasyJet Switzerland emploie 306 salariés dont une centaine pour la gestion au sol des avions.

Une dizaine de postes saisonniers et d'intérimaires ont été créés pour l'hiver. Quelque 180 collaborateurs sont des pilotes et du personnel navigant. Et le siège genevois de la compagnie emploie 20 personnes.

swissinfo avec les agences

En bref

La compagnie easyJet:

- 64 Boeing 737. 120 Airbus commandés
- 88 lignes desservies depuis 35 aéroports.
- 3100 collaborateurs dont 306 en Suisse.

Les chiffres 2002:

- 552 millions de Livres sterling de chiffre d'affaires (+55% par rapport à 2001)
- 71,6 millions de Livres de bénéfice avant impôt (+78%)
- 11,4 millions de passagers transportés (+60%)

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article