Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Daniel Affolter quitte Kuoni

Daniel Affolter part la tête basse, mais avec une indemnité de deux millions de francs.

(Keystone)

La lutte à la tête de Kuoni se solde par le départ de Daniel Affolter. Selon un accord conclu mercredi entre le voyagiste, la fondation Kuoni et Hugentobler et le président suspendu du conseil d'administration, celui-ci quitte son poste avec effet immédiat.

L'intérim sera assuré par le vice-président du conseil d'administration, Heinz Müller, jusqu'à l'élection du successeur de M. Affolter. Une assemblée générale extraordinaire pour la destitution de ce dernier ne sera ainsi pas nécessaire, indique Kuoni.

Le nouveau président sera élu au plus tard lors de la prochaine assemblée générale ordinaire, en mai 2002. Mais il n'est pas exclu qu'une assemblée extraordinaire soit convoquée, a précisé la porte-parole de Kuoni, Regula Weyermann.

Kuoni et M. Affolter ont mis fin d'un commun accord au contrat de travail qui les liait. Le second recevra deux millions de francs d'indemnités salariales. A cela s'ajoute des prestations de caisse de pension de 1,5 million, ainsi qu'une indemnité d'un maximum de 230 000 francs pour les frais de procédure.

Selon l'accord, toutes les parties retirent leurs prétentions administratives, civiles et pénales et renoncent à d'autres procédures. Kuoni se félicite de la résolution du conflit, dans la mesure où «plus il durait, plus il était dommageable à l'entreprise», souligne le voyagiste dans un communiqué.

Deux des membres du conseil de la fondation Kuoni et Hugentobler, Kaspar Baumann et Kurt Schmid, vont remettre leur mandat à la fin de l'année. La fondation, qui contrôle 25% des voix du voyagiste, soutenait l'ancien président du conseil d'administration.

Le directeur opérationnel de Kuoni, Hans Lerch, et une autre personne qui doit encore être désignée rejoindront le conseil de fondation. Cette seconde personne en assurera la présidence.

L'affaire avait éclaté début mai, avec la publication des montants des bonus que se sont octroyés les membres du conseil de fondation: 12 millions de francs, dont 8,1 millions pour M. Affolter. Les semaines qui ont suivi ont été ponctuées par de violents échanges de reproches.

Le conflit opposait Daniel Affolter, soutenu par la fondation Kuoni et Hugentobler, le créateur de cette dernière et fils du fondateur du groupe, Alfred Kuoni, ainsi que d'autres administrateurs, aux cinq autres administrateurs et à la direction du groupe. M. Affolter et son épouse ont notamment dû quitter le conseil de la fondation.

La tension est arrivée à son comble à la mi-mai lors de l'assemblée générale de Kuoni. La fondation s'était vu interdire par l'office de surveillance des fondations du canton de Zurich de soutenir Daniel Affolter, tandis que ce dernier a été suspendu par ses collègues et a été empêché de présider l'assemblée.

M. Affolter contestait la validité de ces mesures, ainsi que la réélection d'un membre du conseil d'administration qui lui était opposé. Depuis, l'office de surveillance a toutefois poussé les protagonistes de cette affaire à chercher un arrangement à l'amiable afin d'éviter une bataille juridique.

De plus, l'office devra encore décider si les membres du conseil de fondation pourront conserver les gratifications qui ont mis le feu aux poudres. L'argent est actuellement sur un compte bloqué.

swissinfo avec les agences


Liens

×