Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

De bonnes chances pour la 5e révision de l'AI

Six semaines avant la votation du 17 juin, une majorité relative se dit en faveur de la 5e révision de l'AI.

(swissinfo.ch)

Le principe de «la réinsertion professionnelle plutôt que la rente» semble convenir au peuple suisse. Si la votation avait eu lieu la semaine dernière, la 5e révision de l'Assurance invalidité (AI) aurait été clairement acceptée.

C'est ce que montre le premier sondage de l'institut de recherche gfs.berne réalisé pour le compte de SSR SRG idée suisse en vue des votations du 17 juin prochain.

Le résultat de ce sondage montre qu'une nette majorité se dégage en faveur du projet de la 5e révision de l'AI : 43% de oui, 32% de non et 25% d'indécis.

Mais selon les politologues, ce soutien bien que majoritaire reste relativement faible: «Pour une proposition émanant des autorités, il ne s'agit pas d'un score particulièrement bon», écrivent-ils dans un rapport.

En règle générale, le peuple se range du côté des idées défendues par le Parlement, qui dans le cas précis s'est prononcé pour une large majorité en faveur de la 5e révision de l'AI.

Le sondage montre certes une tendance en faveur du oui, mais une grande partie des avis vont réellement se forger durant la campagne. De plus, seuls 30% des personnes interrogées sont sûr de se rendre aux urnes. 31% imaginent qu'elles vont aller voter mais n'en sont pas persuadées.

«Une forte mobilisation reste possible durant la campagne», avertit l'institut de recherche. Et celle-ci pourrait recouvrir une grande importance.

La droite contre la gauche

A l'heure actuelle, la frontière entre partisans et opposants se calque sur les partis. Plus on se déplace à droite de l'échiquier politique et plus l'acceptation est importante.

25% des membres du Parti socialiste (PS/ gauche) sont pour alors que 52% se déclare contre la révision. Au sein du Parti démocrate-chrétien (PDC /centre) les opinions se contrebalancent puisque 37% sont pour et 36% contre.

Les choses sont très claires au sein du Parti radical (PRD/ droite) avec56% de oui et 22% de non. Enfin pour l'Union démocratique du centre (UDC / droite nationalité) c'est 66% de oui et 22% de non.

Une forte opposition en Suisse romande

Au niveau de la comparaison en fonction des régions linguistiques, il apparaît très clairement que le projet suscite une plus grande adhésion en Suisse alémanique (46% de oui et 32% de non) et au Tessin (42% de oui et 30% de non).

En Suisse romande, la situation est beaucoup moins claire puisque le camp du oui et celui du non sont au coude à coude avec 33% de partisans chacun. Mais c'est surtout le 34% d'indécis qui retient toute l'attention.

Référendum

Le référendum (facultatif) permet à des citoyens de demander au peuple de se prononcer sur une loi adoptée au Parlement. Un scrutin a lieu si le ...

Des arguments convaincants

L'institut gfs.bern mesure également l'adhésion aux arguments principaux des deux camps. Et dans le cas présent, partisans et opposants possèdent des arguments susceptibles d'attirer la majorité.

Mais ceux des partisans – dont la nécessité de révision et la chasse aux abus sont les principaux - semblent être «légèrement mieux adaptés aux modes de pensée habituels et préexistants», estime les experts.

Du côté des adversaires, l'argument massue reste celui déjà évoqué dans le référendum: le démantèlement social et le non aux économies réalisées sur le dos des personnes handicapées. «Une argumentation susceptible d'interpeller la gauche, les membres du Parti socialiste et les Romands.»

Mais la conclusion principale de l'institut gfs.bern reste qu'il est encore trop tôt pour se faire une idée précise de l'issue du scrutin; la campagne venant de commencer. «Mais le camp du oui conserve les meilleures cartes.»

swissinfo, Christian Raaflaub
(Traduction de l'allemand: Mathias Froidevaux)

Faits

Ce premier sondage a été mené entre le 30 avril et le 6 mai 2007
1220 personnes choisies de manière représentative ont été interrogées par téléphone
43% d'entre elles se sont prononcées en faveur de la 5e révision de l'AI
32% contre
25% indécises
Seul 30% des personnes interrogées ont déclaré être sûres de se rendre aux urnes.

Fin de l'infobox

En bref

Avec la modification de la loi fédérale sur l'Assurance invalidité (5e révision), les dépenses de l'AI devraient être réduites de plus de 520 millions de francs par année.

Un autre but est de réintégrer dans la vie professionnelle plus de personnes atteintes dans leur santé (travail à la place d'une rente).

Différents comités se sont unis contre cette vision et ont lancé un référendum qui a abouti. La votation fédérale sur le sujet aura lieu le 17 juin prochain.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×