Des buts propres en ordre

swissinfo.ch

Dorénavant, l'ASF aura les clubs de football à l'oeil. Plus question qu'ils contreviennent. Une décision prise à la suite d'une enquête qui révélait que 8 buts sur 10 étaient non conformes aux dimensions préconisées par la FIFA.

Ce contenu a été publié le 02 mars 2001 - 15:54

Selon un rapport de la commission des terrains de jeu de l'Association suisse de football (ASF), 34% des clubs de LNA et LNB avaient des buts non conformes aux dimensions agréées. 58% des dimensions tolérées. Et seulement 8% des dimensions rigoureusement conformes (2,44 m de haut sur 7,32 m de long).

L'enquête s'est terminée le 26 juillet 2000, selon Christian Moroge, président de la commission des terrains de jeu de l'ASF. Elle a été menée auprès de tous les clubs de Ligue nationale, s'agissant des dimensions de leurs cages de buts et de leur surface de jeu.

Puis, l'ASF a envoyé une liste avec les mesures exactes de tous les buts et terrains aux 24 clubs de Ligue A et B. Ainsi qu'à la commission des arbitres. De telle sorte que règne une parfaite transparence.

«Si bien que les clubs qui n'avaient pas les justes dimensions pour leurs cages de buts ont été priés de corriger l'anomalie, déclare Christian Moroge. Et à ma connaissance, tous devraient avoir remédié à leurs irrégularités».

Deux raisons pour expliquer ces anomalies: Lors de l'installation de buts, le club oublie parfois de faire le contrôle final de la hauteur de la cage. Ensuite, le déversement du sable et la coupe du gazon (il en reste toujours un peu après la coupe), propre à l'entretien du site, élève le niveau du terrain. D'autant que les surfaces de réparation sont souvent les plus détériorées.

Pour être conforme aux règles internationales de la FIFA (Fédération internationale de football), la barre transversale de la cage doit être placée à 2,44 m. Toutefois, l'ASF tolère une marge de 5 cm de plus ou de moins.

En dessous (rarement en dessus), le club tombe dans l'irrégularité. Laquelle permet alors à l'adversaire-visiteur de déposer protêt. Ou à l'arbitre, chargé du contrôler des dimensions des buts et du terrain avant le match, d'annuler le match.

«Mais ce n'est pas si grave, sourit Christian Moroge. La morale est sauve, étant donné que les deux équipes sont confrontées aux mêmes dimensions dans une rencontre. De plus, chacune des deux équipes change de camp à la mi-temps. Il ne faut donc pas y voir une quelconque tricherie de la part des clubs».

Emmanuel Manzi

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article