Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des containers, mais sans caméra

L’EPFZ a lancé un appel pour trouver des volontaires d’accord de vivre dans des containers pendant trois mois.

Cinq jeunes gens ont emménagé le 25 mars dernier.

Ils sont cinq, quatre garçons et une fille, étudiants en informatique, biochimie et chimie. Ils vivent dans huit containers accolés l’un à l’autre, avec un espace commun au milieu. Trois mois, gratuitement, et volontairement.

Excepté le cursus universitaire des participants (si l’on ose être méchant), ce résumé évoque une énième série télévisée soi-disant réaliste.

Et bien non: ici, aucune caméra ne filme les faits et gestes des jeunes gens. Leur présence, à quelques dizaines de mètres avant l’arrivée sur le campus de l’EPFZ sur la colline de Höngg, au nord-ouest de Zurich, est une expérience scientifique.

Pour 1000 personnes

Les «cobayes» doivent en effet aider la haute école à trouver le meilleur emplacement possible pour les futurs logements d’étudiants de la «Science City», qui pourront accueillir environ 1000 personnes, soit environ un sixième des étudiants du site.

«Il fait très bon vivre ici», raconte Bojan Konic, qui partage avec un collègue la seule chambre double du lotissement.

«Nous avons la forêt à deux pas pour aller faire du jogging, la vue est magnifique.» Et le bus, qui passe à quelques mètres à peine du lit du jeune homme? «On s’y habitue.»

Large consultation

En échange du logis gratuit, les étudiants ont dû s’engager, non seulement à expliquer leur expérience aux médias, ce que Bojan fait très gentiment, mais aussi à participer à des ateliers de discussions consacrées à différents aspects de la future Cité de la Science.

«Nous avons été interrogés par des architectes et des responsables de l’infrastructure», raconte Bojan Konic.

L’expérience est emblématique de la façon dont l’EPFZ développe son projet de Cité de la Science. De la même manière que la population des quartiers avoisinants est régulièrement conviée à des soirées d’information, l’école sonde ses étudiants sur le futur emplacement des habitations.

Mais pourquoi des containers? «C’était le moyen le plus simple et le plus rapide », répond Gerhard Schmitt, vice-président de la planification et de la logistique. De fait, les pavillons bleus étaient déjà là: ils accueillaient les séances des responsables du chantier précédent.

swissinfo, Ariane Gigon Bormann, Zurich

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.