Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des relations plus étroites entre Berne et Bucarest

(Keystone)

L'entrée de la Roumanie dans l'Union européenne (UE) va renforcer les relations entre Bucarest et Berne. Le président de la Confédération Moritz Leuenberger l'a affirmé lors de sa visite en Roumanie.

La Suisse s'est déclarée prête à entamer des négociations avec la Roumanie pour l'extension de la libre-circulation aux deux futurs membres de l'UE.

L'adhésion de la Roumanie à l'Union européenne (UE) rapproche Bucarest de Berne, a affirmé mercredi Moritz Leuenberger lors de son voyage en Roumanie. Le président de la Confédération a cependant souligné qu'un engagement financier de la Suisse en cas d'élargissement de l'Union européenne n'est pas «automatique».

Toujours selon le président suisse, Bruxelles n'a fait aucune demande à la Suisse en vue d'une contribution financière.

Cette déclaration fait référence à un soutien du type du milliard de «cohésion» que la Suisse s'est engagée à verser aux dix nouveaux membres qui ont adhéré à l'UE en 2004. Ce paquet financier sera soumis au peuple le 26 novembre.

En cas d'acceptation, il sera possible de délier les cordons de la bourse pour aider de nouveaux membres de l'UE. Il appartiendra toutefois au Parlement suisse de se prononcer sous la forme de crédits. De telles décisions ne peuvent pas faire l'objet de référendum, selon la Constitution.

Feu vert de la Commission européenne

La délégation suisse en Roumanie a rappelé durant la journée de mercredi que Bruxelles avait déjà demandé à Berne d'entamer des négociations pour l'extension de la libre-circulation à la Roumanie et à la Bulgarie.

Ces deux pays ont en effet obtenu mardi le feu vert de la Commission européenne pour adhérer au club européen le 1er janvier prochain.

De son coté, le Conseil fédéral (gouvernement suisse) attend la décision définitive, en octobre, des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE sur le passage d'une Europe de 25 à 27, avant de mandater les négociateurs suisses.

Lors d'une conférence de presse commune avec Moritz Leuenberger, le président roumain, au pouvoir depuis fin 2004, a remercié la Suisse pour son soutien depuis la fin de l'ère Ceausescu. Berne a investi quelque 170 millions de francs dans l'aide à la transition depuis 1990, a rappellé Traian Basescu.

Statut du Kosovo

Outre le président roumain, Moritz Leuenberger s'est entretenu avec le Premier ministre Calin Popescu-Tariceanu. Selon André Simonazzi, porte-parole du conseiller fédéral, les deux délégations ont notamment abordé la question du statut futur du Kosovo. Les Roumains ont exprimé leur préoccupation concernant le précédent que cela pourrait constituer, selon André Simonazzi.

Pour rappel, les Albanais, majoritaires dans la province serbe, exigent l'indépendance, ce que Belgrade refuse. La Suisse, par la voie de sa ministre des Affaires étrangères, s'est exprimée à plusieurs reprises pour une «indépendance formelle» de la province, actuellement sous tutelle de la communauté internationale.

Cette visite d'un président de la Confédération en Roumanie est une première. Jeudi, Moritz Leuenberger doit participer au Sommet de la Francophonie, organisé à Bucarest. Une soixantaine d'Etats ayant le français en partage seront représentés.

swissinfo et les agences

Faits

La Commission de Bruxelles est d'avis que Berne doit contribuer financièrement à la stabilité politique et au bien-être économique de la Bulgarie et de la Roumanie, comme la Suisse l'a promis pour les dix pays ayant adhéré à l'UE en 2004.

Bruxelles indique toutefois qu'il y a des difficultés juridiques et techniques. Celles-ci concernent notamment la nature de l'accord qui doit intervenir entre la Suisse et l'UE.

Le mandat de négociation souhaité par la Commission est donc pour l'instant gelé. La Commission remettra l'ouvrage sur le métier après le vote du 26 novembre.

Fin de l'infobox

Relations Suisse - Roumanie

Depuis 1990, la Suisse a investit 170 millions de francs en Roumanie dans l'aide à la transition vers l'économie de marché.

Il s'agit avant tout de projets de développement du secteur privé et des programmes de protection de l'environnement.

La Roumanie est devenue le principal partenaire économique de la Suisse dans l'Europe du Sud-Est.

En 2005, les exportations suisses vers ce pays se sont élevées à 594 millions de francs. Les importations de la Roumanie ont atteint 245 millions de francs.

Fin de l'infobox


Liens

×