Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Des voix haut placées s’élèvent pour l’adhésion

En quelques jours, un grand patron et un haut fonctionnaire helvétiques se prononcent ouvertement pour l’adhésion de la Suisse à l’UE.

Parallèlement le délégué aux accords commerciaux et un banquier zurichois rappellent les pièges de la voie solitaire.

Vendredi 19 mars, le patron de Migros fait au quotidien alémanique Blick sa profession de foi pro-européenne.

«Adhérer à l’UE permettrait de baisser les prix à la consommation en Suisse jusqu’à 30%. A défaut, notre pays va s’appauvrir», avertit Anton Scherrer.

La veille, le secrétaire d’Etat Franz von Däniken déclarait publiquement que «la Suisse devrait partager sa souveraineté avec l’UE, pour en accroître le rayonnement et l’efficacité», comme le rappelle la dernière édition du Matin Dimanche.

L’«Alleingang» ne sera plus longtemps viable



Toujours dans l’hebdomadaire dominical romand, Hans J. Bär tire à boulets rouges contre le secret bancaire et accuse ses confrères de manquer d’éthique.

Même s’il se dit opposé à l’adhésion, il estime que la Suisse va payer le prix de son isolement. «Notre niveau de vie va inévitablement baisser. Les perspectives ne sont pas bonnes», déclare notamment le banquier zurichois

Enfin, dans une interview parue samedi dans le quotidien alémanique Basler Zeitung, le délégué aux accords commerciaux du Secrétariat d'Etat à l'économie estime que les relations entre Berne et Bruxelles s'avéreront de plus en plus difficiles à l'avenir.

Evoquant les problèmes de contrôle à la frontière germano-suisse, Luzius Wasescha juge qu’une des solutions serait d'adhérer à l'espace Schengen.

swissinfo et les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×