Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

A Bâle-Ville, les citoyens doivent se prononcer sur un projet des architectes Herzog & de Meuron devisé à 300 millions de francs.

(Keystone)

Ce 1er juin, les citoyens de onze cantons sont appelés à s'exprimer sur des questions régionales. A Fribourg, on décidera s'il convient de confier les demandes de naturalisation aux exécutifs cantonaux. A Bâle, c'est un ambitieux projet architectural qui est en jeu.

La votation fribourgeoise présente des similitudes avec l'initiative sur les naturalisations de l'Union démocratique du centre (UDC / droite nationaliste) au niveau fédéral. A Fribourg, l'UDC a lancé en un temps record un référendum contre la décision du Parlement cantonal de transférer des législatifs aux exécutifs communaux la compétence d'accorder le passeport suisse.

La nouvelle loi fribourgeoise sur le droit de citoyenneté contient des modifications rendues nécessaires par la nouvelle constitution cantonale et par la décision du Tribunal fédéral (Cour suprême) qui avait déclaré anticonstitutionnelles les naturalisations décidées en votations populaires et sans possibilité de recours.

Les Fribourgeois votent aussi sur un crédit de 58 millions de francs pour la modernisation d'un institut scolaire. Le chef-lieu Fribourg et neuf autres communes environnantes s'expriment par ailleurs sur la création d'une agglomération.

Un projet de Herzog & de Meuron à Bâle

A Bâle-Ville, on décide de l'agrandissement des espaces de la Foire suisse pour laquelle les architectes Herzog et De Meuron ont élaboré un projet à 300 millions de francs.

Ce projet, qui doit apporter davantage de place pour les foires internationales comme «Baselworld» ou «Art», prévoit un nouveau pavillon à deux niveaux comprenant une énorme passerelle qui couvrira une partie de la «Messeplatz». L'opposition provient des milieux roses-verts, de l'UDC et de l'Heimatschutz (protection du paysage et du patrimoine culturel).

Le bureau de l'égalité en question

A Bâle-Campagne, on vote sur une initiative de l'UDC qui demande de supprimer le Bureau cantonal de l'égalité entre hommes et femmes. Pour l'UDC, l'objectif d'offrir des chances égales est désormais atteint. Du coup, le canton pourrait épargner le demi-million de francs dépensés chaque année pour financer ce bureau qui existe depuis 1989.

Le canton d'Uri s'apprête à interdire la fumée dans les lieux publics, ainsi que l'ont déjà fait sept autres cantons. Les citoyens doivent se prononcer sur une nouvelle loi sur la santé qui introduit une interdiction généralisée avec possibilité de créer des espaces fumeurs séparés pour les restaurants et les bars.

A Appenzell Rhodes-Extérieures, on vote sur une initiative demandant le passage à un système proportionnel pour l'élection du Grand Conseil (parlement cantonal).

Les précédentes tentatives pour passer à la proportionnelle – en 1921, 1978 et 1994 – ont été bloquées par la Landsgemeinde. Le système majoritaire pour l'élection des parlements cantonaux et en usage seulement dans les deux cantons d'Appenzell et aux Grisons.

Controverse sur les prud'hommes

Dans le canton de St-Gall, les syndicats ont lancé un référendum contre la nouvelle loi sur les tribunaux. La gauche s'oppose à la suppression prévue des tribunaux du travail, qui devraient être remplacés par des offices de conciliation.

Dans le canton d'Argovie, les citoyens s'expriment sur deux modifications constitutionnelles peu controversées. La première oblige le canton à réduire au strict nécessaire les réglementations et les pratiques administratives qui concernent les entreprises. La seconde garantit à chaque citoyen le droit de choisir et d'exercer une profession.

Dans le canton de Lucerne, on vote sur un référendum contre un crédit de 4 millions de francs destiné à l'aménagement et à l'endiguement de la rivière Reuss dans la vielle-ville du chef-lieu cantonal.

Réforme du public à Genève

Dans le canton de Genève, les citoyens doivent se décider sur la réforme des conseils d'administration de trois entreprises semi-publiques: celles des transports publics (TPG), de l'énergie (SIG) et des hôpitaux (HUG). L'objectif est de diminuer les conseils d'administration et de les professionnaliser.

La gauche et les syndicats ont promis un référendum: ils craignent en effet qu'il n'y ait plus de représentants des partis politiques dans ces conseils d'administration, ce qui provoquerait un affaiblissement de contrôle démocratique sur les entreprises.

La réforme de la fiscalité des donations est le second objet soumis aux Genevois. Il est également combattu par la gauche.

Enfin, au Tessin, les citoyens votent sur un nouveau paquet d'allègements fiscaux et sur un crédit pour un nouveau stand de tir sur le Monte Ceneri.

swissinfo et les agences

Elections à Zurich

Les Zurichois éliront le 1er juin la ou le successeur de Monika Stocker (Verts) à la municipalité.

Deuxième parti de la ville (18% des voix), l'UDC en est absent depuis 1990. La droite nationaliste a lancé dans la course Mauro Tuena, un technicien en informatique de 36 ans. Chef du groupe UDC au parlement communal, il représente la ligne dure du parti.

Il sera opposé à Ruth Genner, 52 ans, députée fédérale et ex-présidente des Verts suisses. Deux inconnus présentent également leur candidature. Il s'agit du jeune radical de 28 ans Michael Burkhard et du Démocrate suisse (extrême-droite) Markus Alder, 38 ans.

L'UDC a poussé à bout Monika Stocker en ne cessant de l'attaquer sur sa gestion de l'aide sociale. Le parti semble pourtant avoir peu de chances de briguer un siège à l'exécutif municipal. Leur candidat est isolé.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×