Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Dessiner les Alpes, hier et aujourd'hui

Guy Zahler, «Dis, Monsieur, ça veut dire quoi défenestrer?», 1996-97. (Cabinet des dessins, Genève)

Le Genevois Guy Zahler bénéficie d'une double exposition, qui vaut comme une reconnaissance. Au Cabinet des dessins (Villa La Concorde) à Genève, ses paysages sont confrontés à ceux de petits et de grands maîtres, notamment les Töpffer et Ferdinand Hodler.

Guy Zahler est un artiste qui, depuis plus de vingt ans, s'attache à restituer une vision quelque peu nostalgique, et ironique, du paysage alpin. Aujourd'hui, ses travaux répondent aux feuillets d'artistes des siècles précédents, notamment aux paysages dessinés par Wolfgang-Adam et Rodolphe Töpffer.

La finesse du trait est semblable chez le plasticien actuel et chez les peintres du passé. Mais si les compositions des Töpffer, notamment, s'inscrivaient dans l'espèce d'engouement général qui accompagnait la découverte des Alpes, celles de Zahler apportent plutôt un commentaire tardif des productions de cette période.

L'insertion, dans le cadre même du tableau, de phrases empruntées à des romans imaginaires (par exemple: «Le Docteur ayant tiré son carnet et taillé son crayon, resta immobile pendant deux heures d'horloge»), la mise en abyme opérée au moyen de tabourets qui surélèvent le «tableau dans le tableau», quelques détails de ce genre produisent un effet de mise à distance. Mise à distance également, celle que suscitent les personnages vus de dos, promeneurs en contemplation devant le panorama qu'ils masquent, consommateurs attablés sur le «belvédère».

Alors qu'il travaillait par le passé à partir de cartes postales et autres photographies d'amateur, Guy Zahler réalise désormais ses propres clichés, qu'il retranscrit à l'aide du crayon argenté, du crayon combiné avec l'aquarelle ou du crayon aux effets cuivrés. Quel que soit le médium, le résultat est le même: de merveilleux paysages, qui induisent une rêverie mélancolique tempérée par le sourire.

Laurence Chauvy

A voir jusqu'au 26 août au Cabinet des dessins, Villa La Concorde, et au Musée d'art et d'histoire à Genève (tél. 022/418 26 00).

×