Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Deutsche Telekom s'attaque au marché suisse des multinationales

T-Systems propose aux entreprises une offre globale dans le domaine la technologie de l’information et les télécommunications.

(swissinfo.ch)

Le géant allemand des télécommunications a choisi la Suisse comme point de départ de sa nouvelle stratégie. Les services de sa division T-Systems s'adressent aux grandes entreprises qui actuellement sont plutôt une chasse gardée de Swisscom. La bataille est engagée.

Alors que le secteur des télécommunications cherche un second souffle, les opérateurs se tournent vers les secteurs les plus rentables. Les multinationales figurent bien évidemment dans cette catégorie. Deutsche Telekom vient ainsi de mettre sur pied une nouvelle division, baptisée T-Systems, qui vise sur le développement de la convergence entre la technologie de l'information et les télécommunications.

En clair, T-Systems va proposer à ses clients une offre globale, avec une palette complète de services: transfert de données, lignes louées, solutions e-commerce, conseils et développements, prestations informatiques, etc. Bref, tout ce dont une multinationale pourrait avoir besoin dans le secteur des télécommunications, pris au sens large du terme.

Ce segment devrait afficher une croissance de 65% par an et en 2004 ce marché devrait atteindre 100 milliards d'euros, précise Rudolf Gröger, directeur général de T-Systems. L'objectif de la société est de devenir le leader européen dans ce secteur.

La Suisse est le premier marché visé par T-systems. La partie télécommunications sera fournie par Multilinlk, qui appartient à Deutsche Telekom, alors que la technologie viendra du groupe debis, une joint venture entre Deutsche Telekom et Daimler-Chrysler. Multilink et debis travailleront sour la marque T-Systems.

Multilink est déjà bien implantée en Suisse. Outre son siège de Genève, elle possède des filiales à Bâle et Zurich et occupe 145 personnes. D'ici la fin de l'année, elle prévoit d'atteindre 200 employés. L'opérateur annonce 30 000 clients privés, 3750 PME et cinq grandes entreprises. C'est là que le bât blesse. T-Systems devra arracher les multinationales à la concurrence.

Actuellement les grandes entreprises du marché suisse sont surtout en main de Swisscom et de la société Global One, qui appartient à France telecom. Entre les trois, la lutte risque d'être âpre.

«Nous visons d'abord les filiales en Suisse des grands groupes allemands ou, inversement, les sociétés helvétiques actives en Allemagne», explique Peter Schöpfer, responsable de T-Systems en Suisse. Il estime le nombre de clients potentiels entre 300 et 400.

Le pari n'est pas gagné d'avance, il ne sera pas simple de convaincre ces gros consommateurs de télécoms de changer d'opérateur. Le rapport prix/qualité sera déterminant.

Luigino Canal


Liens

×