Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Deux Suisses sont toujours otages au Yémen

Les troupes de sécurité yéménites patrouillent dans la capitale Sana'a.

(Keystone)

Le couple de Suisses enlevé lundi au Yémen affirme à swissinfo qu'il est toujours détenu. Il dément les informations faisant état de sa libération.

L'un des deux otages assure par ailleurs que le couple est bien traité par ses ravisseurs.

Lorsqu'il a été enlevé, ce couple marié voyageait dans la province de Maarib, dans le cadre d'un voyage organisé, avec guide local et chauffeur.

S'exprimant au téléphone d'un lieu indéterminé de la province de Maarib, l'un des deux otages indique à swissinfo: «Nous sommes bien traités. Nous attendons maintenant que les choses se règlent. Jusqu'à notre retour à l'hôtel, nous ne ferons plus de commentaires».

Ce Suisse précise qu'il ne pas souhaite pas révéler son identité ni celle de son épouse avant d'avoir informé leurs proches.

Ledit couple a été enlevé par un Yéménite de la région qui exige la libération de son frère adolescent. Ce frère a, semble-t-il, été arrêté il y a trois semaines pour avoir consommé du Khat (un végétal aux effets stimulants) durant le Ramadan.

Le kidnappeur, qui dit s'appeler Hasan Hamad Salem Al Thamen, indique à swissinfo que son frère est accusé d'avoir revendu une voiture volée et qu'il a été envoyé vers la capitale du pays Sana'a.

Il explique aussi avoir enlevé le couple suisse pour faire pression sur les autorités.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) indique que son consulat au Yémen travaille à la libération des deux Suisses et confirme que le couple est toujours détenu.

«Ils sont en bonne santé», précise le chef de l'information du DFAE. Et Jean-Philippe Jeannerat d'espérer une issue rapide et heureuse à cette prise d'otages.

Des otages bien traités

Amer Al Deen Al Hawthy, le guide et traducteur local également aux mains des ravisseurs, confie pour sa part à swissinfo que ces derniers «sont bons et... accueillants».

Et de poursuivre: «Ils nous traitent bien, nous n'avons observé aucun geste malintentionné de leur part. Ils coopèrent avec l'Etat et négocient avec lui».

Le kidnappeur assure de son côté à swissinfo que «rien n'arrivera aux otages». Mais, ajoute-t-il aussitôt, «nous comptons que vous avertissiez les autorités yéménites: si leurs troupes nous attaquent, elles seront responsables de ce qui arrivera».

Le couple de Suisses a été enlevé alors qu'il visitait le Yémen dans le cadre d'un voyage organisé, réservé par l'intermédiaire du voyagiste zurichois Holiday Maker.

Propriétaire de cette agence, Plinio Raselli indique à swissinfo que le site Internet de son entreprise n'informe pas les clients sur les risques qu'ils peuvent courir en voyageant au Yémen.

Une zone à risque

«Nous offrons des arrangements sur le Yémen depuis 15 ans, explique Plinio Raselli. C'est la première fois qu'un problème comme celui-ci survient.»

Le même voyagiste se dit au fait des avertissements explicites publiés par la DFAE au sujet des voyages dans la région.

Dans ce pays en effet, des touristes sont fréquemment enlevés par des groupes armés. Le gouvernement central contrôle mal plusieurs régions.

Mais les voyageurs sont le plus souvent relâchés sains et saufs, après négociations.

swissinfo, Dale Bechtel et Elham Manea
(Traduction: Pierre-François Besson)

Faits

Le Département fédéral des affaires étrangères recommande d'éviter les voyages au Yémen en raison de la situation qui y prévaut.
Des touristes étrangers sont régulièrement enlevés pour obtenir des rançons ou la libération de prisonniers.
L'agence suisse de voyage Holiday Maker, où le couple a réservé son voyage, envoie chaque année entre 30 et 50 clients au Yémen.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.