Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Discovery peut nuire aux programmes spatiaux

L'équipage de Discovery prend congé du capitaine d'ISS.

(Keystone)

La Suisse craint que les problèmes répétés de la navette Discovery ne mettent en danger le futur développement de la station spatiale internationale.

Pascal Vinard, délégué à l’Agence spatiale européenne (ESA), a déclaré à swissinfo que les récents problèmes font craindre que le téléscope Hubble ne puisse être sauvé.

La navette spatiale Discovery, lancée le 26 juillet du centre spatial Kennedy en Floride, devrait finalement revenir sur Terre mardi, au lieu de lunci comme prévu.

Une chose est sûre: ce vol, le premier depuis la perte de la navette Columbia avec ses 7 occupants en février 2003, a d'ores et déjà rencontré maintes difficultés.

A cause des dégâts occasionnés lors du lancement de Discovery, toute la flotte spatiale a été clouée au sol, la Nasa estimant que les autres navettes ne seront pas sûres tant que des modifications ne seront pas apportées au système de lancement.

Pascal Vinard estime que les retards ainsi infligés au programme des navettes spatiales auront d’importantes répercussions sur la station spatiale internationale (ISS) ainsi que sur Columbus, le laboratoire spatial de l’ESA, auquel la Suisse participe. Terminé, ce laboratoire attend à Brême, en Allemagne, d’être acheminée vers ISS.

D’autre part, ces retards pourraient mettre fin aux espoirs de prolonger la vie de Hubble, le téléscope spatial envoyé dans l’espace il y a 15 ans.

swissinfo: Le programme des navettes spatiales rencontre de sérieux problèmes. Quelles sont les conséquences pour l’avenir d’ISS?

Pascal Vinard: Il est clair que les difficultés rencontrées par les Etats-Unis remettent en cause le développement de l’ISS. Grâce à son grand compartiment de cargaison, la navette américaine est le seul moyen de transporter des éléments d’un certain volume vers ISS.

Mais même sans les derniers problèmes, il apparaît aussi que les priorités de la Nasa se sont déplacées d’ISS à l’exploration habitée de la Lune et de Mars, et peut-être d’autres planètes du système solaire.

swissinfo: La Nasa a bloqué sa flotte de navettes. Pour combien de temps?

P. V.: Je pense qu’il y a une chance sur deux pour qu’elle reste longtemps clouée au sol. Beaucoup de choses dépendent du retour de Discovery lundi et de l’importance des problèmes rencontrés alors qu’elle était en orbite.

Une chose est sûre: s’il y a un autre accident, il n’y aura plus de vols de navette. S’il n’y en a pas et que tout se passe bien, je pense que le programme de lancement se poursuivra comme prévu, mais avec un nombre réduit de vols et d’autres retards.

Le pire serait qu’il n’y ait plus que quelques vols, ce qui serait insuffisant pour acheminer le laboratoire Columbus et compléter ISS, ou que les Etats-Unis se retirent purement et simplement d’ISS. Ce scénario catastrophe n’est pas à exclure à l’heure actuelle.

Une autre conséquence importante de la suppression des navettes serait la fin du téléscope spatial Hubble. Avec ce qui est arrivé à Discovery, j’ai bien peur qu’il n’y ait plus d’espoir.

swissinfo: Ce programme de navettes spatiales est-il un échec?

P. V.: Les deux principaux objectifs du programme ont échoué. Il s’agissait de diminuer les coûts de la mise en orbite d’équipages et de charges utiles et, d’autre part, d’améliorer la sécurité des membres d’équipage. Aucun des deux objectifs n’ont été atteints.

Par contre, les navettes sont un succès sur le plan technologique. Toute la technologie de ré-entrée dans l’atmosphère et les mécanismes complexes d’amarrage ne seront pas perdus.

Le programme de la Nasa compte aussi de nombreux sous-produits, comme par exemple les avions furtifs pour l’industrie de la défense. Là, le transfert technologique a très bien fonctionné.

Interview swissinfo: Adam Beaumont
(Traduction de l’anglais: Isabelle Eichenberger)

Faits

Pascal Vinard est le délégué permanent de la Suisse à l’Agence spatiale européenne (ESA) à Paris.
Il est aussi vice-président d’Aurora, le programme d’exploration spatiale de l’ESA.
La Suisse est l’un des 17 Etats membres de l’ESA et contribue pour 130 millions de francs au budget annuel de plus de 4 milliards de francs.

Fin de l'infobox

En bref

- Discovery a été lancée le 26 juillet du centre spatial Kennedy en Floride pour la première fois depuis l’accident de la navette Columbia en 2003.

- Les sept membres de l’équipage ont procédé à des réparations sur la navette, endommagée lors du lancement.

- Un astronaute est sorti six heures pour retirer deux tuiles déplacées du bouclier thermique de la navette. La Nasa estime que cette opération assurera lundi un retour en toute sécurité.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.