Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Discrétion suisse à la Flèche wallonne

Le Belge Rik Verbrugghe enlève la Flèche Wallonne.

(Keystone)

Douze ans après Claude Criquélion, vainqueur en 1989, le cyclisme belge a renoué avec la victoire dans la Flèche Wallonne, grâce à Rik Verbrugghe. Quinzième le Schwitzois Oscar Camenzind concède 27 secondes au vainqueur belge de l'une des plus belles classiques de la saison.

A 27 ans - il les fêtera le 23 juillet - Rik Verbrugghe est devenu le 65e vainqueur de la Flèche Wallonne (198 kilomètres), premier volet du week-end ardennais. Il s'est imposé au terme d'une course qu'il a dominée de la tête et des épaules.

Sorti du peloton après dix kilomètres, il a été l'un des plus actifs de l'échappée matinale. Puis, à une trentaine de kilomètres du «Mur de Huy», où se jouait l'arrivée, il a pris la course à son compte. Seul, il a assuré le rythme. L'Italien Basso, l'Allemand Jaksche et l'Espagnol Solaum, sont arrivés dans cet ordre, sur son porte-bagages.

Le Wallon a remporté sa quatrième victoire depuis qu'il est passé professionnel en 1996. Sa victoire, il l'a peaufinée sur les 1300 derniers mètres du «Mur», là où les pourcentages de pente accusent par endroits du 20%. Il a laissé sur place ses derniers compagnons d'échappées.

Rik Verbrugghe prend, ainsi, une revanche sur l'année passée où il avait été débordé par l'Italien Francesco Casagrande alors qu'il faisait figure de vainqueur. Quant aux ténors du peloton, ils ont été victimes de leur attentisme.

Et les Suisses? Dans ce contexte, ils ont également plongé dans la course d'attente. Certes, Markus Zberg a été le plus actif. Il a assumé parfaitement son rôle d'équipier. Il a pris une part active pour couper les relais en tête du peloton. Son équipier hollandais Erik Dekker s'était intercalé entre les échappés et ledit peloton. Trop tardivement pour renverser l'inéluctable échec des «grands».

Pour sa part, le Tessinois Mauro Gianetti, victime d'une dysenterie la veille, n'a pas pris le départ. Vainqueur de Liège-Bastogne-Liège en 1995, il a préféré faire l'impasse pour préparer la «Doyenne».

Finalement, Oscar Camenzind prend la quinzième place à 27'' de Verbrugghe, Beat Zberg, la 43e (à 1'48'') et Markus la 44e (à 1'43''). Quant au Vaudois Laurent Dufaux, à court de compétition, encore bien placé à 20 kilomètres de l'arrivée, il a été trahi par ses jambes. Il a franchi la ligne d'arrivée en compagnie de Roland Meier, un débours de 2'41''.

Vainqueur en 1951 et 1952, ce n'est donc pas cette année que Ferdi Kubler a trouvé un successeur.

Pierre-Henri Bonvin

×