Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Disjonction temporelle

Maurice Denuzière, venu à Genève de sa Bourgogne. (SRI)

(swissinfo.ch)

L'écrivain français Maurice Denuzière, l'auteur des séries «Louisiane» et «Helvétie» a fait le trajet du Salon du Livre de Genève. Avec lui, «Amélie ou la concordance des temps», son dernier roman qui vient de paraître aux Editions Fayard.

Imaginez que, au hasard d'une rue, vous êtes bousculé par une voiture. Vous tombez dans les pommes, et vous vous réveillez, je ne sais pas moi, à la cour de Louis XIV, dans un bouge médiéval ou à l'époque de l'hellénisme triomphant.

Et bien c'est à peu près ce qui arrive à l'éminent professeur Louis Campelle, héros du roman de Maurice Denuzière. Sauf que lui, il échoue au 19e siècle, chez un banquier à la fois jovial et conformiste, bien ancré dans la société bourgeoise qui est la sienne. La surprise des deux personnages est, on l'imagine, réciproque et d'envergure.

Au début de la lecture, on est un peu irrité. Irrité par le terrible classicisme de l'écriture de Denuzière, et par la facilité du procédé littéraire: boum, et voilà-t-y pas que notre héros se retrouve là où il a toujours rêvé de se rendre, dans ce 19e siècle qu'il vénère et dont il a fait sa spécialité...

Facile, se dit-on. Et puis on est curieux, tout de même. Car le voyage temporel est un vieux rêve que tout passionné d'histoire caresse de temps en temps: «On dit toujours que le temps passe. C'est faux: le temps est immobile, c'est nous qui passons dans le temps», constate Maurice Denuzière.

«C'est une histoire qui demande la collaboration du lecteur pour entrer dans cette romance ludique», ajoute-t-il. Et il est vrai que finalement, on collabore volontiers. Parce qu'il y a romance, effectivement, entre l'intellectuel du 20e siècle et la fille du banquier, Amélie, que les récits de l'étrange voyageur fascine: ce n'est pas tous les jours que quelqu'un vous raconte des histoires qui commencent par «Il y aura une fois...».

On collabore également parce que, au-delà de la romance et de la fiction, Maurice Denuzière s'amuse à donner sa relecture du 19e siècle en passant sur certaines idées inlassablement ressassées par les historiens. Et Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, de retrouver des qualités oubliées par les manuels...

Une chose est sûre: lors de votre prochain voyage dans le passé, ne prenez pas votre téléphone mobile avec vous: il ne vous servira à rien. Tout au plus à vous attirer ennuis et suspicion.

Bernard Léchot

×