Navigation

Décès du photographe suisse René Burri

René Burri est décédé lundi à Zurich à l'âge de 81 ans après une longue maladie. Il fut notamment l'auteur d’une centaine de portraits de Le Corbusier, Giacometti, Tinguely, Klein et Picasso, cinq icônes de la renaissance artistique de l'Après-guerre.

Ce contenu a été publié le 21 octobre 2016 - 00:00
Isabelle Eichenberger, swissinfo.ch

«Mort d’un esthète de la photographie», «René Burri, star suisse de la photo, est décédé hier», «René Burri, œil tout terrain», «René Burri, le siècle dans le viseur», «Un homme de position», «René Burri tutoie chacun comme il a tutoyé l’histoire»… La presse suisse et internationale rend hommage aujourd’hui au grand photographe suisse.

Contenu externe

Le photographe zurichois a notamment travaillé pour l'agence Magnum dès 1959. Mais il a surtout immortalisé tous les bouleversements historiques du XXème siècle. Dans les années 1950, il a notamment suivi l'actualité sur le terrain, comme les guerres de Corée et du Vietnam ou la crise de Cuba.  On lui doit aussi son fameux cliché de Che Guevara fumant le cigare. En plus du Che, il a immortalisé aussi Fidel Castro.

Pas de cadavres

Il n'y a pas de cadavres sur ses photos de guerre. Le photographe est surtout célèbre pour ses images fortes, qui renvoient aux événements les plus tragiques, «mettant sur le même plan l’information, le contenu et l’esthétisme», selon son ami et disciple en photographie Michael von Graffenried dans La Liberté.

A 13 ans, sa première photo, prise avec l’appareil de son père, immortalise Winston Churchill en visite à Zurich. Après des études à l'Ecole des arts appliqués de Zurich, René Burri travaille comme assistant-cameraman pour le Walt Disney Film Production en Suisse. Mais c'est vers la photographie qu'il décide de s'orienter.

Sa première grande publication, qui l'a rendu célèbre, est une série sur la rétrospective de Picasso, au Palazzo Reale de Milan. En 2011, il a reçu le Reinhardt von Graffenried Lifetime Achievement Award.

30'000 photos

Lui qui était domicilié à Zurich et à Paris, a choisi la voie de la fondation pour sauvegarder son travail exceptionnel. Une convention de dépôt de fonds de vingt ans renouvelable a été signée récemment avec le Musée de l’Elysée de Lausanne. La collection devrait rassembler quelque 30'000 images et une grande exposition devrait voir le jour d’ici cinq ans.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.