Navigation

Dix ans de mesures du permafrost au Cervin

Jan Beutel, responsable du projet PermaSense à l'EPFZ, lors d'une opération d'entretien de capteurs placés sur l'arête du Hörnli au Cervin. Permasense/ETH Zürich sda-ats
Ce contenu a été publié le 13 août 2019 - 13:45
(Keystone-ATS)

Depuis dix ans, des capteurs mesurent l'évolution du permafrost sur l'arête du Hörnli au Cervin. Une masse de données unique en son genre qui pourrait aider à la prévention des catastrophes naturelles.

Lors de la canicule estivale de 2003, 1500 m3 de roches s'étaient effondrées sur l'arête du Hörnli. La glace dans les pores et les fissures du rocher avait fondu, sa fonction de "colle" n'était plus assurée et le pergélisol s'est écroulé, ont rappelé mardi l'Université et l'EPF de Zurich dans un communiqué.

Cet événement est à la base du projet PermaSense, lancé en 2006: 17 types de capteurs différents ont été installés à 29 endroits sur cette voie classique du Cervin, à plus de 3500 mètres d'altitude. Ils sont alimentés à l'énergie solaire. Objectif: étudier l'évolution du permafrost sur le long terme.

Les données sont transmises par un système sans fil qui permet une observation en temps réel. Elles sont transmises par radio au Petit Cervin puis via internet jusqu'au centre de calcul de l'EPFZ.

Il s'agit notamment de l'écartement de fissures rocheuses, de température en surface et à différentes profondeurs ou encore de l'inclinaison de certaines portions de l'arête. S'y sont ajoutés récemment des capteurs sismiques et acoustiques qui enregistrent les chutes de pierres et éboulements.

Anticiper les catastrophes

La combinaison de ces différentes mesures permet d'obtenir une image assez précise des changements dans le permafrost et des événements à venir, explique Jan Beutel, responsable du projet à l'EPFZ, cité dans le communiqué.

La formation de fissures invisibles à l'oeil nu a par exemple pu être détectée. Cela pourrait permet de mieux anticiper la déstabilisation des masses rocheuses et ainsi de prévenir des catastrophes naturelles à d'autres endroits, ajoute le chercheur.

Les résultats de ces mesures sont publiés dans la revue Earth System Science Data. Des chercheurs de l'Université de Bâle et d'autres institutions, comme le Service sismologique suisse, ont également contribué à ces travaux.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.