Dufaux chez les Italiens d'Alessio

Lâché par Saeco, Laurent Dufaux a dû attendre de longues semaines avant de retrouver un maillot. Keystone Archive

Après des semaines d'attente, le Vaudois a trouvé une équipe. Remis de ses ennuis de santé, il entame sa 12e saison avec un contrat d'une année.

Ce contenu a été publié le 28 novembre 2001 - 08:35

«C'est la passion qui a pris le dessus», résume Laurent Dufaux. A 33 ans, le Vaudois a donc signé un contrat d'une année avec l'équipe italienne de première division Alessio.

«Mes problèmes de santé sont presque résolus, même si je ne suis pas encore à 100% de mes capacités, expose Dufaux. Je suis une "thérapie Tens". Il s'agit de stimuler les nerfs qui relient le cerveau. De plus, j'ai régulièrement des séances d'acuponcture pour augmenter mes défenses immunitaires. J'attends de reprendre les grands entraînements et la compétition pour être définitivement fixé.»

Une bonne équipe

Meilleure équipe de deuxième division cette saison (36 victoires avec 14 coureurs différents), Alessio courra dans la cour des grands en 2002. A ce niveau de compétition, elle a déjà joué cette année. Remportant le classement par équipes.

«Cette victoire et l'entrée en vigueur des nouveaux règlements lui vaudront d'être invitée à toutes les grandes courses, aux trois grands tours notamment, souligne Dufaux. A elle d'accepter ou de refuser l'invitation.»

«Le temps pressait...»

Ainsi, le petit grimpeur d'Ollon ne quitte pas l'Italie. Il passe de l'équipe Saeco à celle d'Alessio, dont le commanditaire est une marque de jantes automobiles.

Saeco n'ayant pas renouvelé son contrat, le double vainqueur du Dauphiné (1993 et 94) a passé des moments difficiles. Les offres n'ont pourtant pas manqué: Jean Delatour (France), Domo (Belgique), Alexia (Italie) et CCC-Mat (Pologne).

Pour des questions de budget, les Français n'ont pu donner suite à leur offre. Du côté de Domo, le choix semble se porter sur Frank Vandenbroucke. Quant aux Italiens d'Alexia, ils avaient fait une offre ferme. «J'ai trop attendu pour donner une réponse....», explique Laurent Dufaux.

«Le temps pressait, poursuit-il. En septembre j'avais pris contact avec Alessio pour leur demander si je les intéressais. A mon retour de vacances, voilà trois semaines, je n'avais toujours pas de réponse. J'ai appelé Valerio Tebaldi, directeur sportif adjoint, lequel a été mon coéquipier, afin de connaître la réponse».

Tout est allé très vite

A partir de là tout s'est débloquée. Tebaldi s'est fait le porte-parole du Vaudois auprès du directeur sportif Bruno Cenghialta. En trois jours la décision a été prise.

La saison prochaine, Dufaux portera donc le maillot bleu frappé, sur fond rouge, du nom de sa nouvelle équipe. Et entamera sa 12e saison chez les professionnels (32 victoires). «C'est une équipe qui va me convenir. Nous avons la même philosophie. J'ai encore de belles cartes à jouer dans les courses d'un jour et par étapes d'une dizaine de jours.»

Reste à savoir si ce n'est pas l'année de trop pour le Vaudois. Le principal intéressé s'en défend et argumente: «l'aspect financier est moins intéressant que la proposition des Polonais. Ceux-ci ont fait le forcing ces derniers temps. Ce n'est pas cet aspect qui m'importe. J'ai encore envie de courir. J'aspire surtout à retrouver confiance et à revenir à un bon niveau. Après, je déciderai quand mettre un terme à ma carrière.»

Pierre-Henri Bonvin

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article