Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Echecs: les meilleurs juniors du monde à Lausanne

Etienne Bacrot, grand favori de ce tournoi, fut à 14 ans le plus jeune grand maître de la planète.

(Keystone Archive)

Les meilleurs juniors du monde sont réunis pour la troisième année à Lausanne. Mais le tournoi «Young Masters» se déroule pour la première fois au Musée Olympique, sous le patronage du CIO et de la FIDE (Fédération internationale des échecs). Consacrant ainsi la définitive reconnaissance et acceptation des échecs comme sport à part entière, même en Suisse.

L'automne passé, la Fédération suisse des échecs avait été admise au sein de l'Association olympique suisse (AOS). Le vote des 81 autres fédérations n'avait laissé planer aucun doute: 400 voix pour, 12 contre et 2 abstentions.

«Il n'y avait aucun sens à ce que la Suisse fasse cavalier seul dans ce domaine, explique Walter Kägi, président de l'AOS. A partir du moment où le CIO reconnaît officiellement les échecs, suivi par la très grande majorité des autres pays, il aurait fallu trouver de sérieux arguments pour refuser son entrée».

La reconnaissance des échecs par le CIO en juin 1999 a permis de vaincre les dernières poches de résistance. Désormais, en Europe occidentale, seul le Royaume-Uni n'a pas encore franchi le pas. La présence de Juan-Antonio Samaranch, président du CIO, à la cérémonie d'ouverture du «Young Masters» a encore souligné l'entrée définitive du jeu des rois dans la famille olympique.

Jusqu'à dimanche, la barre des 300 joueurs participant aux différents tournois (Opens, blitz) aura allègrement été franchie. Le «Young Masters» focalise bien entendu l'attention, méritant son appellation de championnat du monde juniors officieux, avec quasiment toute la crème des grands espoirs de moins de vingt ans.

Parmi eux, certains sont déjà des grands maîtres dans les 50 meilleurs du monde, à commencer par l'Ukrainien Ruslan Ponomariov (17 ans), numéro un mondial chez les juniors et numéro 25 au classement international de la FIDE. Ou le Français Etienne Bacrot (18 ans), qui fut voici quatre ans le plus jeune grand maître de la planète. Ou encore le champion du monde cubain, Lazaro Bruzon. Côté suisse, le seul représentant, l'Argovien Florian Jenni, est déjà éliminé.

Le vainqueur de l'édition 2001 sera connu dimanche soir. Il ne s'agira pas de Ruslan Ponomariov. Le favori a contre toute attente subi la loi en quart de finale de son compatriote Andreï Volokitin (même pas 15 ans!).

Déjà vainqueur en 1999, Etienne Bacrot se dégage ainsi comme le principal prétendant au titre. «Je suis venu à Lausanne pour m'imposer, explique-t-il. Ce tournoi représente vraiment un événement à part».

Les demi-finales opposent Bacrot à l'Indien Sasikirian et le Cubain Bruzon à l'Ukrainien Volokitin. La finale se déroulera en deux manches: samedi dès 15 heures, dimanche dès 10 heures. Les parties sont retransmises en direct sur le site officiel du tournoi.

Jonathan Hirsch


Liens

×