Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

«Nous ne devons pas attendre une hécatombe»

Après deux ans de procès et 66 audiences, les victimes de l’amiante ont obtenu justice.

Après deux ans de procès et 66 audiences, les victimes de l’amiante ont obtenu justice.

(Keystone)

Le procès de Turin a permis de faire la lumière sur l’histoire de l’amiante. Pour François Iselin, qui suit le dossier de près depuis plus de trente ans, le verdict doit surtout servir à prévenir une utilisation inconsidérée de tous les produits cancérigènes. Interview.

La sentence prononcée lundi par le tribunal de Turin ne met certainement pas un point final à la saga judiciaire d’Eternit. Outre le procès en appel, d’autres procès s’ouvriront bientôt en Italie.

Ce verdict représente cependant un point de départ important pour ceux qui s’occupent de la santé des travailleurs et des citoyens. Selon François Iselin, ancien professeur de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne et expert pour le Comité d’aide et d’orientation des victimes de l’amiante (COAVA), ce procès aurait facilement pu être évité si les nombreuses études relatives à la nocivité de l’amiante avaient été prises en considération un peu plus rapidement.

swissinfo.ch: Le procureur Raffaele Guariniello a déclaré que le procès de Turin est d’une importance historique en ce qui concerne la sécurité au travail. Pour vous, que représente-t-il?

François Iselin: Quelque chose d’important, effectivement. Il faut toutefois relativiser. Les deux prévenus ont été condamnés pour quelques milliers de victimes. Mais il y a chaque année dix fois plus de victimes de l’amiante dans le monde. Les problèmes sont similaires, et même plus graves, au Brésil, au Nicaragua, en Espagne, en France et dans bien d’autres pays. Ce procès n’est que le début.

Stephan Schmidheiny a été jugé, c’est vrai. Mais seulement pour un des nombreux aspects dans lesquels sa responsabilité était engagée. Sa responsabilité était en effet beaucoup plus grande, car il était à la tête d’une multinationale qui a exposé énormément de personnes à cette substance dans plusieurs pays du monde.

swissinfo.ch: Quels sont les enseignements à tirer?

F. I. : Selon moi, nous ne devrions plus avoir ce genre de procès. D’un côté, ce verdict ne fera pas ressusciter les morts. De l’autre, le procès était parfaitement évitable.

Dès les années 1950-1960, les scientifiques ont publié des études où il était prouvé que ce minéral est nocif. Mais ces recherches n’ont eu aucun impact. Non pas parce qu’elles étaient controversées, mais parce que la transmission des connaissances entre scientifiques, instituts de prévention, syndicats et autorités politiques n’a pas fonctionné. 

Il y a aujourd’hui des milliers de produits cancérigènes. Je pense notamment aux téléphones portables et à leurs rayonnements, aux nanoparticules… Il existe des rapports très sérieux sur la dangerosité de nombreux produits industriels. Il faut intervenir dès qu’il y a des soupçons et ne pas attendre de se retrouver face à une hécatombe.

swissinfo.ch: Pensez-vous que ce verdict puisse servir d’avertissement aux industriels qui n’en font pas assez pour garantir la sécurité de leurs travailleurs et de la population?

F. I. : Le fait est que de nombreux industriels sont prêts à prendre des risques énormes, surtout avec les produits cancérigènes, parce qu’ils savent que le temps de latence est suffisamment long.

Stephan Schmidheiny, de son côté, a trop attendu. S’il avait arrêté avec l’amiante lorsqu’il a repris les rênes d’Eternit en Suisse (en 1975, NDLR), la catastrophe aurait été moins importante. Mais il s’est au contraire entêté à continuer avec cette substance, jusqu’à ce qu’elle ne soit plus rentable. «Nous avons arrêté parce que l’amiante n’était plus rentable», a-t-il lui-même déclaré.

Dès les années 1960, autorités, syndicats etc. auraient pour leur part dû dire: «maintenant ça suffit, l’amiante est trop dangereuse; nous savons que c’est un cancérigène puissant qui fera de nombreuses victimes». A la place, ils ont continué à l’utiliser pendant des années.

swissinfo.ch: Seize ans de prison pour les deux prévenus et une longue liste de dommages et intérêts. S’attendait-on à un tel verdict?

F. I. : Non, j’étais très pessimiste. Stephan Schmidheiny dispose d’appuis très importants au niveau diplomatique et financier, et jouit d’un grand prestige en Suisse. C’est quelqu’un qui s’est forgé une immense réputation dans le cadre de ce que l’on appelle le capitalisme vert.

Mais avec seulement un mois de prison, tout ce prestige s’écroule. Ce sera dramatique pour toutes les sociétés qu’il a fondées et, dans un certain sens, dramatique aussi pour la Suisse.

Comment la Suisse a-t-elle pu laisser cette personne agir bien tranquillement, alors qu’elle a été le premier pays à utiliser le ciment-amiante et qu’elle disposait par conséquent de la plus longue expérience sur les risques liés à la transformation de ce matériau? Pourquoi la Suisse n’est-elle pas intervenue immédiatement en lui disant: «Cher Monsieur Schmidheiny, vous jouez avec le feu»?

swissinfo.ch: Les deux prévenus ne se sont jamais présentés à leur procès et maintenant s’ouvre toute la procédure des recours. Croyez-vous que Stephan Schmidheiny finira véritablement un jour en prison?

F. I. : Je ne pense pas que ce soit le point capital. L’essentiel est que ce procès a permis de faire éclater la vérité.

Je ne sais pas s’il sera un jour extradé de la Suisse ou du Costa Rica, où il vit une grande partie de l’année. Pour lui, le problème sera de ne plus pouvoir voyager facilement. Et pour une personne comme lui, ne pas pouvoir voyager est catastrophique.

swissinfo.ch: En 2008, le Tribunal fédéral suisse a rejeté deux plaintes pénales contre, notamment, Stephan et Thomas Schmidheiny, pour motif que les faits étaient prescrits. Croyez-vous qu’il existe encore un espace pour une offensive judiciaire, en Suisse aussi?

F. I.: Oui, car ce verdict va peut-être ouvrir des portes. Pour ce genre de cas, le délai de prescription de dix ans est absurde. Il y a de bonnes chances que la Cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg entre en matière sur le recours intenté contre cette décision du Tribunal fédéral.

Et puis, il ne faut pas oublier que Turin a maintenant entamé le procès Eternit bis, qui pourrait faire très mal à la Suisse. Il concerne en effet les émigrés italiens tombés malades dans les entreprises d’Eternit installée en Suisse et met notamment en cause la Suva (Caisse nationale suisse d’assurance en cas d’accidents, NDLR).

Il est nécessaire de savoir ce qui s’est passé en Suisse. Mais je suis un peu plus pessimiste.

A Turin, le procès a été gagné grâce à la mobilisation des parties civiles. Ce sont des personnes qui sont venues dans la capitale piémontaise lors des 66 audiences, qui ont témoigné, qui ont cherché des preuves. En Suisse, je ne vois pas de groupes de pression de ce genre. Il suffit de penser qu’à Turin, il n’y avait même pas un représentant du monde syndical ou de la politique suisses…

Eternit bis

Le verdict prononcé lundi par le tribunal de Turin ne marque pas la fin des démêlées judiciaires d’Eternit. D'autres procédures sont pendantes.

La première devrait concerner les personnes tombées malades depuis le début des audiences préliminaires de l'actuel procès, le 6 avril 2009, et donc exclues de la procédure. Environ 180 personnes sont concernées.

La seconde concerne les émigrés italiens tombés malades dans les usines suisses d'Eternit. Le Département fédéral de justice et police (DFJP) avait autorisé en octobre 2007 la transmission au parquet de Turin des dossiers de la SUVA concernant 196 ouvriers des usines de Payerne (Vaud) et Niederurnen (Glaris).

end of infobox

90 ans d‘histoire

Plus de trois générations de la famille Schmidheiny ont travaillé avec l'amiante et, à son apogée, elle contrôlait les usines Eternit dans 16 pays.

1901: l’Autrichien Ludwig Hatschek, prend la patente «Eternit» pour exploiter l’amiante comme isolant.

1903: la production se développe et Eternit Suisse SA ouvre à Niederurnen (Garis). Ernst Schmidheiny senior entre au conseil d’administration en 1920. En 1923, Eternit SA devient la holding Amiantus SA.

1939: la caisse suisse d'assurance Suva reconnaît les maladies pulmonaires provoquées par l’amiante comme maladies professionnelles.

1978: Stephan Schmidheiny devient président du conseil d'administration et annonce la fin de la production. Des milliers de bâtiments en Suisse sont assainis et l’amiante est interdite dès 1995.

1980: Amiantus SA possède 76% d’Eternit S.p.a. à Gênes (Italie), qui part en faillite en 1986.

1992: débuts des procès en Italie pour homicide involontaire.

2008: Le Tribunal fédéral rejette la plainte de trois Glaronnais contre Schmidheiny en concluant à la prescription.

10 décembre 2009: Début du procès à Milan contre Stephan Schmidheiny et le baron belge Jean-Louis de Cartier de Marchienne.

13 février 2012: La cour condamne les deux accusés à seize ans de prison et des millions d‘indemnités. Schmidheiny annonce qu'il fera appel.

end of infobox


(Traduction de l’italien: Olivier Pauchard), swissinfo.ch


Liens

×