A Zurich, DSK défend l'aide à la Grèce

Une conférence à huis clos sur le système monétaire international a été organisée mardi à Zurich sous l'égide du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque nationale suisse (BNS). Au final, devant les médias, le patron du FMI Dominique Strauss-Kahn s'est montré optimiste sur l'avenir du plan d'aide à la Grèce.

Ce contenu a été publié le 12 mai 2010 - 08:29

«Je n'ai aucun doute sur le fait que le programme mis en place par les Européens avec notre soutien pour aider la Grèce est un programme qui va sortir la Grèce de ses problèmes», a déclaré le Français.

«C'est un programme très difficile» et «dur» en raison des réformes structurelles demandées à Athènes, mais c'est la bonne solution pour remettre la Grèce sur les rails, a estimé le patron du FMI.

Au terme de la conférence, le patron de la Banque nationale suisse (BNS) Philipp Hildebrand a redit que la BNS ne déviera pas de sa politique monétaire et «ne permettra pas une appréciation excessive du franc», qui pourrait générer de la déflation.

La monnaie helvétique a atteint un record la semaine dernière face à l'euro, passant à moins de 1,41 franc pour 1 euro, dans le sillage de rumeurs selon lesquelles la banque centrale aurait arrêté de défendre le franc contre les attaques de spéculateurs.

Pour lutter contre un franc trop fort, la BNS a entrepris de recourir à des mesures non conventionnelles en achetant massivement des euros.

Après l'adoption du gigantesque de soutien de 750 milliards d'euros aux pays de la zone euro en difficulté dans la nuit de dimanche à lundi, la tension est un peu retombée. Mardi soir, l'euro s'échangeait autour de 1,41 franc.

Le vice-président de la Réserve fédérale américaine Donald Kohn, le président de la Banque centrale européenne (BCE) Jean-Claude Trichet, le président du Conseil de stabilité financière Mario Draghi ou encore le financier George Soros participaient à cette conférence.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article