Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

ABB a trouvé un acquéreur pour Lummus

ABB veut se recentrer sur l'énergie et l'automation.

(Keystone)

La multinationale zurichoise achève son recentrage et vend sa filiale américaine Lummus Global au néerlandais Chicago Bridge and Iron Company pour plus d'un milliard de francs.

ABB précise lundi qu'elle prendra en charge les amendes qui pourraient tomber après la découverte de «versements suspects dans plusieurs pays» par Lummus.

ABB va donc pouvoir se concentrer définitivement sur les technologies de l'énergie et de l'automation. Le groupe vend pour 950 millions de dollars (1,15 milliard de francs) sa filiale américaine Lummus Global, affectée ces dernières années par le dossier de l'amiante, réglé en 2006 après de longues tractations.

Cependant, une nouvelle ombre assombrit quelque peu le tableau de ce désinvestissement. ABB a en effet annoncé à la fin juillet avoir ouvert des investigations suite à la découverte de «paiements suspects dans plusieurs pays», en violation des réglementations contre les pots-de-vin.

La multinationale zurichoise a saisi le Département américain de la justice et l'autorité de surveillance boursière, la SEC.

ABB dit participer pleinement à l'enquête. Le cas échéant, les sanctions ou amendes qui pourraient tomber seront prises en charge par le groupe zurichois lui-même, précise le communiqué publié lundi.

Habile transaction

L'acheteur est le néerlandais Chicago Bridge & Iron Company (CB&I), a indiqué lundi ABB. La cession, prévue de longue date, comprend toutes les activités et les 2400 employés. Lummus Global est spécialisée dans les installations pour les industries pétrolière, chimique et gazière ainsi que pour les raffineries.

En ce qui concerne la transaction, ABB attend encore les feux verts des autorités de la concurrence et des actionnaires de CB&I, probablement avant la fin de l'année.

L'opération permettra ainsi à ABB non seulement d'achever son recentrage, mais aussi de tirer un trait définitif sur ses problèmes d'amiante aux Etats-Unis.

«Une fois de plus, ABB a démontré son habileté à négocier un désinvestissement délicat qui, il y a encore deux ou trois ans, se serait soldé par d'énormes pertes», commente Panagiotis Spiliopoulos à la Banque Vontobel.

«Nous pensons même que le groupe retirera quelque chose de cette vente», ajoute l'analyste pour swissinfo.

Dans la «SonntagsZeitung» de dimanche, Fred Kindle, patron du groupe zurichois, a déclaré qu'ABB souhaitait procéder à des acquisitions dans sa spécialité, et ce plutôt aux Etats-Unis ou dans les pays émergents qu'en Europe.

Le même métier que Lummus

Lundi, la bourse suisse a salué la nouvelle. CB&I pratique grosso modo le même métier que Lummus Global, soit la production, le stockage et la distribution de ressources naturelles.

L'entreprise, qui emploie 14'000 personnes, gère plus de 500 projets par an de par le monde, en assurant leur suivi de la conception à la construction.

swissinfo et les agences

Faits

Chiffre d'affaires au 1er semestre 2007: 13,4 milliards de dollars (10,8 milliards en 2006).
Ebit (bénéfice avant impôts et amortissements): 1,85 milliard de dollars (1,4 milliard).
Bénéfice net: 1,27 millions de dollars (571 millions).
ABB employait environ 111'000 personnes dans 100 pays à la fin juin 2007.

Fin de l'infobox

AMIANTE

En 1990, ABB a acheté l'américain Combustion Engineering et ses filiales, dont Lummus. Dans les années 70, le groupe avait produit des chaudières contenant de l'amiante, malgré le fait qu'il faisait déjà face à quelques litiges à ce sujet.

L'augmentation du nombre de plaintes dans les années 90 conduisait Combustion Engineering à demander en 2003 la protection de la loi américaine sur les faillites, les sommes en jeu dépassant sa réserve de 812 millions de dollars.

L'accord final conclu en 2006 entraînait pour ABB des coûts de 1,2 milliard de dollars pour Combustion Engineering et d'environ 40 millions pour Lummus Global.

Fin de l'infobox


Liens

×