Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

AVS: en avant toute vers la faillite

«L’intégration prime la rente »: l’assurance-invalidité mise sur l’intégration.

(Keystone)

L’année 2011 pourrait sonner le glas de nos retraites. La raison tient au déficit croissant de l’assurance-invalidité (AI).

En décidant de ne pas consacrer à cette assurance une partie de la vente des réserves d‘or excédentaire de la Banque nationale, le monde politique a hypothéqué nos rentes.

«Si rien ne se passe, tout le système de l’AVS sera confronté à des problèmes de liquidités et à des difficultés dans le paiement de rentes à partir de 2011», a récemment déclaré Yves Rossier, directeur de l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS) dans les colonnes de la SonntagsZeitung (23 janvier 2005).

Le système suisse de rentes au titre de l‘assurance vieillesse et survivants (AVS) couvre les besoins vitaux des personnes retraitées ou des personnes veuves qui ont une famille à charge au moment du décès du conjoint.

Son financement est assuré par des contributions des employeurs et des assurés mais aussi par la Confédération et les cantons. A l‘heure actuelle, le taux de cotisation se monte à 8,4% du salaire. Employeurs et employés financent à parts égales les cotisations prélevées chaque mois sur les salaires.

Evolution démographique

Ces dernières années, l’étau financier ne cesse de se resserrer autour de l’AVS. Le problème est connu: davantage de personnes âgées, moins de jeunes, une espérance de vie qui ne cesse de croître, une natalité qui, elle, est en diminution.

En d’autres termes, les cotisants moins nombreux doivent financer un volume de rentes qui ne cesse de gonfler.

La Confédération et une majorité au Parlement auraient souhaité trouver une issue à ce dilemme grâce à la 11e révision de l‘AVS qui prévoyait des économies pour près de 925 millions de francs.

Parallèlement, un deuxième projet prévoyait l‘augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) en faveur de l‘AVS (+1%) et de l‘assurance-invalidité (AI, +0,8%). Ces deux mesures avaient pour but d‘assurer le financement de ces deux assurances sociales à moyen terme.

Blocages dans le financement

Certes, personne ne contestait le fait qu‘une augmentation de la TVA en faveur de l‘AI est incontournable. Mais comme le projet associait l‘augmentation de la TVA en faveur de l‘AI au pour cent d’AVS supplémentaire, il n‘a pas passé la barre du scrutin populaire le 16 mai 2004.

Le même jour, la 11e révision de l‘AVS était également balayée, en particulier parce qu‘elle prévoyait d‘élever l‘âge de la retraite pour les femmes à 65 ans. De même, le débat lancé par Pascal Couchepin autour d’une augmentation à 67 ans de l’âge de la retraite a fait capoter toute la réforme.

Une autre « planche de salut » possible pour l‘AVS a aussi coulé en décembre dernier, lorsque le Parlement a finalement renoncé à ce qu’une partie du produit de la vente de l‘or excédentaire de la Banque nationale suisse (BNS) soit versé à l‘AVS.

Les partis de gauche et de droite avaient espéré que près de deux tiers du produit de cette vente iraient alimenter notre système de retraite. Finalisée en mars; elle rapportera près de 21 milliards de francs, déclare à swissinfo Werner Abegg de la BNS.

Mesures demandées pour l'AI


Outre le vieillissement de la population, le problème du surendettement de l’assurance-invalidité, qui puise dans les mêmes sources de financement que l’AVS, constitue l‘autre problème majeur.

A l‘heure actuelle, le déficit de l’AI s’élève à près de 6 milliards de francs. Si aucune mesure n‘est prise, en 2010, il sera de 20 milliards.

Durant ces dernières années, le nombre des personnes touchant une rente invalidité n‘a cessé d‘augmenter. Aujourd’hui, cinq personnes sur cent sont rentières AI. En 1990, cette proportion était de 3 sur 100.

Les espoirs reposent maintenant sur la 5ème révision de l’AI qui propose des mesures d‘économie. «L’intégration sur le marché du travail prime la rente» tel est le principe retenu qui prévoit par exemple des critères plus sévères pour l’octroi d’une rente et une meilleure intégration des personnes handicapées dans le monde du travail.

Les propositions du Conseil fédéral (gouvernement) ont suscité une large approbation lors de la procédure de consultation.

Selon Pascal Couchepin, chef du Département fédéral de l'Intérieur, les mesures d‘économie doivent être accompagnées par des recettes supplémentaires. Les 0,8% supplémentaires de TVA sont à nouveau à l‘ordre du jour.

L'assainissement de l'AI insuffisant



Ces mesures ne suffiront pas à elles seules pour assurer l‘avenir de l’AVS. Selon Yves Rossier, une nouvelle révision de l‘AVS doit intervenir avant 2010 au plus tard. Il incombe au monde politique d’en définir la portée.

A n’en pas douter, le financement de l’AVS et l’âge de la retraite continueront d’alimenter les polémiques entre la droite et la gauche. Il y a fort à parier que la question de l’or excédentaire refera aussi surface.

swissinfo, Christian Raaflaub
(Traduction: Bertrand Baumann)

Faits

Rentiers AI en 1990: 3%
Rentiers AI en 2003: 5%
Dettes de l‘AI: 6 Mrd. Fr.

Fin de l'infobox

En bref

A partir de 2011, le système suisse des rentes (AVS) se trouvera dans une impasse financière. Le surendettement croissant de l'assurance-invalidité (AI) en est la raison principale.

La 5e révision de l'AI pourrait reculer l'échéance. En misant sur le principe "l'intégration prime la rente", elle établit des critères plus stricts pour l'octroi d'une rente et une meilleure intégration dans le monde du travail.

Mais ceci ne suffit pas: l'AVS doit également être assainie par des mesures supplémentaires. L'âge de la retraite est une nouvelle fois évoqué.

Fin de l'infobox

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.