Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Cassis de Dijon: premiers aliments autorisés

La Suisse pourra importer et vendre sans autres du sirop de fruit français, du jambon autrichien ou du cidre danois. Berne a délivré les 5 premières autorisations, qui impliquent des allègements pour les producteurs helvétiques. Depuis le 1er juillet, 43 demandes ont été présentées.

La Suisse applique depuis le 1er juillet le principe du Cassis de Dijon permettant la commercialisation d'un produit dès qu'il est autorisé dans l'Union européenne ou l'Espace économique européen. Pour les denrées alimentaires qui ne satisfont pas entièrement aux prescriptions helvétiques, une autorisation de la part de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) est toutefois requise.

Les décisions de l'office ont un caractère général. Elles ne s'appliquent pas uniquement à l'objet concret de la demande, mais à tous les produits qui répondent aux prescriptions techniques du pays où ils sont élaborés, a expliqué Judith Deflorin de l'OFSP, vendredi devant les médias.

Par exemple, l'autorisation concernant le sirop français permet la distribution en Suisse de tout sirop satisfaisant aux prescriptions françaises qui sont à leur tour applicables par les producteurs suisses. Ainsi, la proportion de 10% de fruits appliquée en France suffira, alors que la Suisse exige actuellement 30%.

Outre les sirops, l'OFSP a délivré 5 autorisations, sur 43 demandes reçues depuis le 1er juillet, dont 24 sont en suspens. Et 13 requêtes, toutes venant d'Allemagne, ont été rejetées car portant sur des produits contenant des compléments alimentaires (6) ou associés à des médicaments (7) et ne relèvent pas du principe du Cassis de Dijon.

swissinfo.ch et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×