Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Crise humanitaire en Syrie La Suisse lance un appel face à la situation «catastrophique» à Alep



Les civils qui le peuvent fuient les quartiers dévastés d'Alep-Est, où de nombreuses accusations d'exactions ont été relayées ces derniers jours. 

Les civils qui le peuvent fuient les quartiers dévastés d'Alep-Est, où de nombreuses accusations d'exactions ont été relayées ces derniers jours. 

(Reuters)

Alors que le régime syrien a repris ses bombardements sur la dernière poche rebelle d’Alep, la Suisse a lancé mercredi un appel à protéger la population civile piégée par les combats. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) exhorte toutes les parties au conflit à respecter leurs obligations en matière de droits de l’homme et de droit international humanitaire.

«La situation à Alep est catastrophique», a estimé mercredi le DFAE dans un communiquéLien externe. Les services de Didier Burkhalter s’inquiètent en particulier des allégations d’exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées qui ont été relayées depuis la deuxième plus grande ville de Syrie ces derniers jours.

82 exécutions sommaires

Le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a fait état de 82 exécutions sommaires imputées à l'armée et aux milices qui lui prêtent main-forte dans les quartiers repris aux insurgés. «Les informations dont nous disposons parlent de gens tués en pleine rue dans leur fuite ou chez eux. Il pourrait y en avoir beaucoup plus», a souligné son porte-parole, Rupert Colville.

Fin de l'infobox

Il est également indispensable aux yeux de la Suisse que de l’aide humanitaire soit acheminée rapidement et sans entrave à la population civile dans toutes les zones assiégées et difficiles d’accès.

Cet appel intervient alors que les bombardements de l’armée syrienne et les combats ont repris mercredi sur la ligne de démarcation des derniers quartiers d’Alep tenus par les rebelles. Quant aux espoirs d'une évacuation rapide de milliers de civils affamés et assiégés dans le réduit rebelle, ils ont pour l’heure été douchés.

Pour le chef de la diplomatie suisse Didier Burkhalter, cité dans le communiqué, «seule une solution politique peut permettre d’ouvrir la voie à une paix durable et donc de stopper enfin les souffrances de la population civile». Dans la perspective d’une «paix juste et durable», il est primordial que des poursuites pénales soient menées au niveau des Etats et que la situation syrienne soit déférée à la Cour pénale internationale, affirme par ailleurs le DFAE.

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Confédération a également annoncé qu’elle allait intensifier son engagement humanitaire dans la région. Elle entend notamment accroître son aide aux pays qui accueillent des réfugiés, en particulier dans les domaines de la formation, du travail et de l’eau.

Mardi, Peter Maurer, le président suisse du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a expliqué qu’en matière d’aide humanitaire, la situation en Syrie était actuellement «mauvaise, voire misérable». Les parties au conflit ne respectent pas suffisamment le droit international humanitaire, a-t-il dénoncé au micro de la radio suisse alémanique SRF. «La Syrie est l’exemple le plus flagrant, mais pas le seul», a souligné Peter Maurer. 

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

×