Navigation

Manifestation après la mort d’un jeune Gambien

Ce contenu a été publié le 02 novembre 2017 - 09:23
swissinfo.ch avec la RTS et l'ats/kr (Téléjournal du 1er novembre 2017)
Contenu externe

La mort d’un requérant d’asile gambien dans une cellule de police à Lausanne créée la polémique. Environ 600 personnes ont défilé mercredi soir dans les rues de la ville du canton de Vaud. Elles dénoncent une «criminalisation» de l'immigré noir» et appellent à une «instruction judiciaire fouillée».

Le jeune homme était malade et venait de sortir de l'hôpital, lorsqu’il a été interpelé par la police, selon le collectif R, qui co-organisait la manifestation. 

Après le décès du jeune homme, la semaine dernière, la police s'est rendu compte qu'il y avait eu erreur sur la personne. Le Gambien arrêté n'était pas le requérant recherché par le canton de Lucerne en vue de son renvoi. Lors de l'interpellation, les gardes-frontière l'ont confondu avec un autre Gambien portant les mêmes nom, prénom et date de naissance. 

Le collectif R précise que le jeune Gambien n'était pas en infraction avec la loi sur les étrangers, mais était au bénéfice de l'aide d'urgence et en possession d'une attestation d'octroi de cette aide délivrée par le Service de la population (SPOP). 

Contrôles au faciès? 

Avec torches et pancartes, environ 600 personnes, selon la police, ont défilé au centre-ville pour montrer leur solidarité avec la victime, qui avait 23 ans. Des banderoles dénonçaient les violences policières et rappelaient: «La vie des Noirs compte» ou encore «Stop racism». 

«Si je me promène dans la rue, je me fais arrêter et fouiller comme un singe», a dénoncé au micro un participant, également Gambien. «Il est mort parce que la parole d'un Noir ne vaut rien», a lancé un membre du collectif «A qui le tour».

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.