Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Dépeuplement Les villages de montagne se cherchent un avenir



A Trun, dans les Grisons, une entreprise textile innovante offre des emplois.

A Trun, dans les Grisons, une entreprise textile innovante offre des emplois.

(RDB)

Des «Alpes renouvelables ». C’est sous ce titre qu’une conférence s’est tenue récemment dans la localité de Poschiavo, dans le sud-est du canton des Grisons. Des experts de tous les pays alpins ont planché sur la création d’emplois dans les régions alpines.

«Les gens qui vivent dans les zones rurales des Alpes aiment être proches de la nature dans un environnement préservé et avoir une meilleure qualité de vie», relève Guido Plassmann, directeur du Réseau Alpin des Espaces Protégés (ALPARC).

«Mais être près d'une ville est certainement un facteur important, que ce soit pour le travail ou les services présents en ville. La question est donc de savoir comment garder les gens dans les zones de montagne en leur offrant des possibilités économiques, sans détruire l'environnement. »

A part le tourisme, activité économique toujours centrale dans les régions alpines,  il existe aujourd'hui des alternatives. La mondialisation et l'Internet ouvrent de nombreuses possibilités,  pour les petites et moyennes entreprises (PME) qui constituent une source importante d'emplois.

«Les PME sont amenées à innover technologiquement. Elles ont donc besoin de rester en contact avec de nouvelles idées,  souligne Heike Mayer, professeure de géographie économique à l'Université de Berne. Ceux qui opèrent sur les marchés mondiaux sont connectés à d'autres régions du monde, à travers les fournisseurs et les clients. Etre connecté est un élément important. »

Connecté au monde

Melanie John aide à rester en contact et à accéder aux savoir-faire externes avec OpenAlps, un projet international dirigé par la chambre de commerce de Schwarzwald-Baar-Heuberg, dans le sud de l'Allemagne.

«L'idée est d'être en mesure de transmettre telle  innovation à la bonne personne plus rapidement»,  explique-t-elle à swissinfo.ch. Les types d'activités couvertes sont très variables et dépendent de la région, ils comprennent les fabricants de matériel médical, les concessionnaires automobiles et les outilleurs.

Les régions de montagne doivent donc créer les conditions nécessaires à ce que les générations futures restent sur place.

Très motivé par la politique, le jeune Moritz Schwarz est venu d’Innsbruck pour participer à la réunion. Il considère l'éducation comme le meilleur espoir pour le maintien des jeunes dans les Alpes: une population éduquée peut être employée  par des entreprises qui viennent dans la région avec des projets durables.

Lui et sa collègue Isabella Hilber sont membres du Parlement des jeunes de la Convention alpine, qui réunit des adolescents des huit nations alpines.

Mais bien que ce parlement de la jeunesse ait été établi par des enseignants de leur école, Isabella Hilber souligne que la plupart de ses camarades de classe n'étaient pas particulièrement intéressés. Et malgré son amour de la montagne, elle s’imagine aller à Vienne ou en Allemagne pour étudier.

Néanmoins, ceux qui quittent pour étudier ou travailler peuvent continuer à soutenir leur région d’origine, selon Silva Semadeni, parlementaire suisse. Elle-même a grandi à Poschiavo, à proximité de la frontière italienne, mais vit maintenant à Coire, la capitale des Grisons.

« C'est vrai qu'il n'y a pas de travail pour tout le monde ici. Mais il existe beaucoup de façons pour les gens qui se sont déplacés vers les zones urbaines d’aider à promouvoir les intérêts des régions de montagne », assure-t-elle à swissinfo.ch.

Une question de perspective

Franz-Ferdinand Türtscher, président du conseil de la petite commune de Sonntag, dans le Vorarlberg autrichien, rappelle que si les gens partent, il ne reste personne pour maintenir la vie sociale et politique dans le village. Laisser les jeunes partir entraîne les régions alpines dans un cercle vicieux.

Le maire autrichien souligne que les associations de village sont très importantes.  C'est l’une des raisons pour lesquelles les pendulaires reviennent dans leur village le soir au lieu de loger en plaine. Sa commune compte 750 habitants - et 50 d'entre eux appartiennent à la fanfare locale, par exemple. Une fréquentation élevée qui à son tour attire de nouveaux membres.

«Nous avons encore quelques jeunes prêts à prendre des postes dans les associations, les sociétés ou la commune.  Mais qu’en sera-t-il  dans 10 ou 15 ans ?», s’interroge-t-il.

 «J’entends certaines personnes - en particulier les jeunes les plus instruits – déclarer qu'ils ne peuvent pas vraiment y trouver leur place», rapporte  Franz-Ferdinand Türtscher.

Guido Plassmann se montre plus optimiste : «Si les jeunes quittent la montagne, c’est qu’ils veulent vivre dans une ville, voir quelque chose de nouveau. Mais ils reviennent souvent. »

Les Alpes

L'arc alpin s'étend de la France à l'ouest à la Slovénie à l'Est. Les autres nations alpines sont l'Autriche, l'Allemagne, l'Italie, le Liechtenstein, Monaco et la Suisse.

Les Alpes couvrent une superficie de 190.000 km ² et abritent près de 14 millions de personnes.

Les plus grands fleuves d'Europe - le Danube, le Rhin, le Rhône et le Pô - ont leurs sources dans les Alpes ou sont alimentés par des rivières alpines.

Les Alpes sont aussi une région touristique importante, avec environ 120 millions de visiteurs par an.

En 1800, la population alpine représentait 22,6% de la population suisse. En 1990, ce chiffre était de 14,6%.

Fin de l'infobox


Traduit de l’anglais par Frédéric Burnand, Poschiavo, swissinfo.ch


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×