Navigation

La Suisse n’a pas négocié avec l’OLP

Les recherches dans une forêt de Würenlingen, où un avion de Swissair s'était écrasé suite à un attentat à la bombe en 1970. Keystone

Le gouvernement suisse n’a pas conclu d’«accord secret» avec l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) en 1970 pour éviter des attentats. C’est ce qui ressort des recherches du groupe de travail interdépartemental «1970». 

Ce contenu a été publié le 11 mai 2016 - 12:11

Au début de cette année, le journaliste alémanique Marcel Gyr avait fait sensation en publiant un livre où il indiquait que l’ancien ministre suisse des Affaires étrangères Pierre Graber avait passé un accord avec l’OLP pour mettre fin à une série d’attaques ayant visé la Suisse en 1969 et 1970. 

Ce mercredi, le Conseil fédéral a indiqué dans un communiquéLien externe que le Groupe de travail interdépartemental «1970», mis sur pied pour faire toute la lumière sur cette affaire, n’a trouvé aucun indice corroborant l’existence d’un tel accord. 

Le groupe de travail a également précisé n’avoir trouvé aucune trace d’entraves à l’enquête menée dans le cadre de l’attentat à la bombe qui avait causé la chute d’un avion de Swissair le 21 février 1970, tuant 47 personnes.

Le Conseil fédéral a transmis ce rapport aux Commissions de gestion des deux Chambres du Parlement et en a autorisé sa publication intégrale.



Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.