Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Election au gouvernement Ignazio Cassis à la tête de la diplomatie suisse

Le nouveau conseiller fédéral Ignazio Cassis sera le prochain ministre des Affaires étrangères. Après l’élection du Tessinois mercredi, les membres du gouvernement se sont répartis les départements, ce qui n’a donné lieu à aucune rocade.

Ignazio Caissis

Avec l'élection d'Ignazio Cassis, un italophone siège à nouveau au gouvernement après 18 ans d'absence. 

(Ex-press)

Le libéral-radical (PLR, droite) Ignazio Cassis prendra la tête du département fédéral des Affaires étrangères, laissé vacant par son prédécesseur Didier Burkhalter. 

Les autres départements ne changent pas de main: le DETEC (environnement, transports, énergie et communication) pour Doris Leuthard (PDC, centre droit), les Finances Ueli Maurer (UDC, droite conservatrice), l'Economie pour Johann Schneider-Ammann (PLR), Justice et Police pour Simonetta Sommaruga (PS, gauche), l'Intérieur pour Alain Berset (PS) et la Défense pour Guy Parmelin (UDC). 

«Mission de haute responsabilité»

Comme le veut la tradition, le Conseil fédéral s’est réuni ce vendredi avec le nouvel élu. Les ministres déjà en poste font d’abord part de leur choix de dicastère par ordre d'ancienneté. Le dernier arrivé se prononce en dernier. En cas de concurrence pour un département, le gouvernement vote. 

«C’est un honneur pour moi de représenter la Suisse, ses institutions, son système démocratique et sa diversité culturelle dans le contexte international. J’ai le plus grand respect pour cette mission de haute responsabilité qu’est la politique extérieure et je suis heureux de pouvoir l’assumer bientôt», a commenté Ignazio Cassis, cité dans le communiqué de la Chancellerie fédérale. 

Le délicat dossier européen 

Le dossier européen et la voie bilatérale occuperont certainement Ignazio Cassis en priorité. Reste à savoir si cela passera par l'accord-cadre voulu par Bruxelles pour garantir l'accès au marché européen. 

Le Tessinois juge certains termes empoisonnés, mais il sait qu'un changement d'appellation ne suffira pas, il faudra beaucoup de pédagogie vis-à-vis de Bruxelles puis des partis de droite pour trouver une solution acceptable pour tous. 

Le nouvel élu a en outre promis d'être collégial. Il devra composer avec les décisions prises par le Conseil fédéral avant son arrivée. Or, le collège doit très prochainement faire le point sur l'évolution du dossier.

partis

partis départements fédéraux

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×