Navigation

Genève pourrait être dépositaire des règles du net, selon Doris Leuthard

Doris Leuthard était à Genève pour l'ouverture du 12e Forum sur la gouvernance d'internet. Elle a accordé une interview à la Radio Télévision Suisse dans laquelle elle revient sur la gouvernance du réseau et sur son année de présidence du Conseil fédéral.

Ce contenu a été publié le 19 décembre 2017 - 09:22
swissinfo.ch/kr avec la RTS (Téléjournal du 18.12.2017)

Contenu externe


«Si on a un jour des règles du jeu, Genève serait le lieu idéal où les proposer», a dit Doris Leuthard au 19h30 lundi après avoir ouvert le 12e Forum sur la gouvernance d'internet à Genève. 

La présidente de la Confédération estime que ce besoin de gouvernance est réel. «Avec mes collègues du Conseil fédéral, les universités et les milieux privés, nous avons été actifs et je pense que la conscience tant dans la société que dans les milieux économiques a grandi.» 

Son message aux femmes

Doris Leuthard arrive bientôt à la fin de son année de présidence. Interrogée sur la place des femmes dans la société, elle leur conseille de s'investir à tous les niveaux. «Travaillez, engagez-vous et ne sous-estimez pas vos compétences. Je crois que beaucoup de femmes n'osent pas endosser une charge car elles pensent qu'elles n'en ont pas les compétences. Mais beaucoup de femmes les ont et je les encourage.» 

Doris Leuthard a donné l'image d'une femme forte, particulièrement lors de ses échanges avec des dirigeants étrangers. Elle a dernièrement «piqué» Emmanuel Macron sur les engagements écologiques de la France. «J'aime être crédible», réagit-elle. «Ce qu'on dit, on le fait. On est plus crédible si on dit la vérité que si on ne fait que flatter.» 

La démocrate-chrétienne a déjà indiqué qu'elle quitterait le Conseil fédéral d'ici 2019: «C'est important d'avoir plaisir à aller travailler quand on se lève le matin, que le Conseil fédéral fonctionne bien et que la coopération avec le Parlement soit bonne. Si un de ces éléments n'est plus là, je pense qu'il faut se retirer et laisser la place à des personnes avec une nouvelle dynamique. Je verrai quand ce moment viendra.»

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article