Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'économie n'anticipe pas l'évolution démographique

Comme le reste de la population, les salariés deviennent de plus en plus âgés.

(Keystone)

La population – et par conséquent les salariés – deviennent toujours plus âgés. Pourtant, les entreprises suisses ne sont pas préparées à cette évolution démographique.

Selon une étude de l'institut Adecco portant sur huit pays européens, la Suisse est avant-dernière en terme de préparation.

Soixante pour cent des sociétés suisse ne connaissent pas la structure d'âge de leurs employés, révèle l'étude présentée mardi. Or, dès 2010, la majorité de la main-d'œuvre aura plus de 40 ans. D'ici à 2020, la population active entre 50 et 64 ans aura augmenté d'un tiers et celle entre 30 et 44 ans diminué d'un cinquième.

L'économie ne peut pas se permettre de privilégier des jeunes peu formés ou peu qualifiés et d'envoyer à la retraite des seniors au potentiel élevé, a expliqué l'ancien ministre allemand de
l'Economie et de l'Emploi Wolfgang Clement, président de l'institut Adecco.

Le vieillissement de la population est irrépressible en Europe. L'économie doit donc participer activement à l'évolution du marché du travail. Le manque de spécialistes risque de devenir un obstacle majeur à la croissance.

La flexibilité et la qualification représentent la seule sécurité contre le chômage et sont le garant d'une saine concurrence entre les entreprises, a ajouté Wolfgang Clement.

Résultats généralisés

Pour son enquête, l'institut Adecco a interrogé 4000 entreprises, dont 500 helvétiques. En comparaison européenne, la Suisse obtient de mauvais résultats. Parmi les huit pays sondés, elle se trouve en avant-dernière position, devant la France.

La Suisse n'est néanmoins pas trop éloignée des résultats des autres pays. L'indice d'aptitude démographique IAD mesuré par Adecco atteint 174 points sur une échelle entre 100 et 400 alors que la moyenne des huit pays (Royaume-Uni, Italie, Belgique, Espagne, Allemagne, Pays-Bas, France et Suisse) est de 182.

L'indice a été obtenu en pondérant différents critères: gestion de carrière, formation tout au long de la vie, santé, gestion des connaissances et de la diversité des âges. Une amélioration de ces critères pourrait avoir des conséquences positives sur leur compétitivité, innovation et productivité.

Concernant la gestion de la carrière et de la diversité des âges, ainsi que la formation continue, les Suisses se trouvent au-dessus de la moyenne, a indiqué Michael Agoras, directeur d'Adecco Suisse. Les entreprises helvétiques sont en retrait en revanche au point de vue de la gestion des connaissances et surtout de la santé.

Paradoxe suisse

L'étude relève également un paradoxe suisse. Si les entreprises reconnaissent majoritairement l'urgence de conserver la compétitivité de leur personnel, elles sont peu nombreuses à anticiper ce problème. Elles planifient leurs besoins en personnel sur un an.

Et malgré leur mauvais score dans le sondage Adecco, les sociétés helvétiques placent la démographie en tête de leur préoccupation alors que leurs concurrentes craignent tout d'abord la mondialisation.

swissinfo et les agences

En bref

L'office fédéral de statistique a livré l'an dernier une étude sur le vieillissement de la population.

Selon le scénario le plus probable, le nombre de décès dépassera celui des naissances dès 2025.

Le pays pourrait compter une personne sur quatre de plus de 64 ans vers 2050.

Fin de l'infobox

ADECCO

Née de la fusion, en 1996, de la société français Ecco et de la suisse Adia, Adecco est leader mondial dans la gestion des ressources humaines et du travail temporaire.

Représentée par 6700 filiales dans 70 pays, l'entreprise emploie plus de 35'000 personnes.

L'institut Adecco a été créé en automne 2006. Il a son siège à Londres et bénéfice du soutien financier du groupe vaudois de travail temporaire.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×