Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'UE discrimine les professions libérales suisses

Malgré l'accord bilatéral sur la libre circulation des personnes, les professionnels indépendants suisses n'ont pas l'accès facile aux marchés de l'Union européenne (UE). Ce qui n'est pas le cas des Européens en Suisse.

Selon une étude présentée lundi à Berne par l'Union suisse des professions libérales (UPSL), les Suisses sont confrontés à de nombreuses discriminations.

Si les avocats ne sont pas trop mal lotis, ce n'est pas le cas des médecins. «La Suisse reconnaît les spécialistes étrangers. En revanche, si un Suisse veut faire reconnaître, par exemple en France, sa formation post-grade, il verra sa demande refusée», a regretté Jacques de Haller, président de la Fédération des médecins suisses (FMH).

De même pour les gérants de fortune en Allemagne. Selon Jürg Niederbacher, de l'Association suisse des gérants de fortune, le marché suisse est largement ouvert aux prestataires européens mais les Suisses ne peuvent recruter de clients en Allemagne sans y disposer d'une succursale.

Quant aux ingénieurs et des architectes, ils se heurtent toujours à d'importantes entraves administratives dans les pays de l'UE.

L'USPL, qui représente 15 associations et quelque 85'000 membres, a mené l'étude en collaboration avec l'Institut de droit comparé de Lausanne (ISDC).


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×