Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La bonne conjoncture permet une hausse des salaires

Le secteur de l'industrie alimentaire fait partie de ceux où l'augmentation a été relativement importante.

(Keystone)

Pour la première fois depuis cinq ans, les travailleurs ont vu leur salaire effectif augmenter de 2% en 2007. Même après la correction due à l'inflation, la hausse reste réelle.

Les adaptations de salaire ont été déterminées dans le cadre des conventions collectives de travail (CCT) et concernent près d'un million de travailleurs. Les syndicats demandent encore des adaptations à la hausse.

Selon l'Office fédéral de la statistique (OFS), les adaptations de salaires ont poursuivi la progression entamée en 2005. Corrigée de l'inflation, la hausse correspond à une augmentation du pouvoir d'achat de 1,6%.

Sur la hausse moyenne de 2%, 1,3% reflète les augmentations octroyées à titre collectif, celles accordés à titre individuel représentant 0,6%. Deux tiers de la masse salariale destinée aux hausses des rémunérations ont ainsi été attribués collectivement.

Hausses moindres dans l'industrie

Ventilées selon les secteurs d'activité, les plus fortes augmentations de salaires ont été enregistrées dans les postes et télécommunications, les transports aériens et l'industrie alimentaire.

Les branches de l'industrie de l'habillement, du travail des métaux et de l'industrie automobile ont présenté les hausses les plus faibles.

Les salaires effectifs ont crû en moyenne de 1,5% dans le secteur secondaire et de 2,2% dans le secteur tertiaire. Les salariés disposant d'un contrat de travail de droit public ont bénéficié d'adaptations nettement plus élevées que celles réservées aux employés soumis à une CCT de droit privé.

Les salaires minimaux fixés dans les CCT ont quant à eux été relevés de 2,9%, soit la plus forte progression en dix ans. Les minima salariaux fixés dans les CCT ont été augmentés de 0,9% en moyenne dans le secteur secondaire et de 2,4% dans le tertiaire.

Pas de changement dans le commerce de gros

L'intermédiation financière, les administrations cantonales, les transports terrestres et l'hôtellerie et restauration ont affiché les hausses des minima salariaux les plus fortes.

A l'opposé, les salaires minimaux n'ont augmenté que de 0,5% dans les instruments médicaux, de précision et l'horlogerie. Ils sont restés inchangés dans le commerce de gros et la réparation de véhicules.

Dans son enquête sur les accords salariaux, l'OFS a sélectionné les CCT de droit public et privé traitant des conditions de travail et d'emploi et concernant au moins 1500 employés.

Réactions diverses

Cette hausse des salaires réjouit l'Union patronale qui considère ce développement comme réjouissant. Ceci d'autant que les classes des plus bas revenus en ont également bénéficié. Les employeurs retiennent que «contrairement aux allégations des syndicats, les travailleurs profitent également de la croissance».

Pour l'Union syndicale suisse (USS), des adaptations à la hausse sont encore nécessaires. Jusqu'en 2006, les salaires ont stagné. «Le travailleur qui n'a pas bénéficié d'un avancement ou reçu de bonus ne gagnait pas plus en 2006 que deux ans auparavant», écrit l'USS dans un communiqué. Il est donc nécessaire selon elle de procéder à d'autres ajustements substantiels.

swissinfo et les agences

Faits

Augmentations de salaire par branche

Postes et télécommunications + 3,2%
Transports aériens + 2,7%
Industries alimentaires + 2,5%
Industrie de l'habillement + 1,2%
travail des métaux + 0,8%
Industrie automobile + 0,5%


Secteur secondaire en moyenne crû de +1,5%
Secteur tertiaire en moyenne +2,2%
Service public en moyenne +2,9%

Salaires minimaux fixés dans les CCT +2,9%

Fin de l'infobox


Liens

×