Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

La guerre des quotidiens gratuits est lancée

Tamedia veut tenter de répéter le succès de «20 Minuten» en Suisse romande.

(Keystone Archive)

Le groupe zurichois Tamedia a décidé de lancer son quotidien gratuit en Suisse romande. Il concurrencera 'Le Matin Bleu' d'Edipresse qui démarre fin octobre.

L'équivalent francophone du journal alémanique «20 Minuten» est prévu pour le printemps 2006 avec deux éditions locales, à Genève et Lausanne. L'objectif est de toucher 120'000 lecteurs.

Attendue depuis un certain temps, la décision du groupe zurichois Tamedia de lancer son journal gratuit sur les traces de son concurrent Edipresse a été annoncée lundi en fin d'après-midi.

Si le projet du groupe lausannois, le «Matin Bleu», voit le jour la semaine prochaine avec 100'000 exemplaires, le futur journal gratuit de Tamedia «20 Minutes» est attendu pour mars 2006.

Deux éditions régionales - à Lausanne et à Genève - en format tabloïd d'un seul cahier verront le jour dans les caissettes. Le but est de séduire 120'000 lecteurs.

L'équipe de rédaction devrait comprendre quelque trente personnes. Le rédacteur en chef n'a pas encore été désigné. De même, le siège principal de la rédaction - Lausanne ou Genève - n'a pas encore été fixé.

Les journalistes bénéficieront au début du soutien d'un ancien rédacteur en chef du «20 Minuten» alémanique, Markus Eisenhut.

Un public jeune et urbain

Le «20 Minutes» s'adressera à un public «jeune et urbain». A l'instar de la version alémanique «20 Minuten», il doit permettre de connaître l'essentiel de l'actualité en 20 minutes dans de courts articles.

La politique, l'économie, la culture, le sport, le divertissement, le people ou encore internet seront à l'honneur. Deux pages locales informeront les lecteurs sur leur région.

Pour sa part, «Le Matin bleu» sera distribué du lundi au vendredi sur l'arc lémanique entre Genève et Aigle. Visant également un public jeune et urbain, le journal comprendra de même un seul cahier au format tabloïd.

Une quinzaine de journalistes à Genève et Lausanne collaboreront à sa rédaction sous la direction de Catherine Maret durant la phase de lancement.

«De la place pour deux»

Lors de «longues et intensives négociations», Tamedia a cherché à collaborer avec Edipresse sous la forme d'une joint-venture. Mais Edipresse a malheureusement choisi de faire cavalier seul», explique Franziska Hügli.

Selon la porte-parole de Tamedia, «il y a de la place pour deux quotidiens gratuits en Suisse romande».

«Le marché décidera si les deux peuvent coexister», estime de son côté Théo Bouchat, pour qui l'arrivée de «20 Minutes» en Suisse romande ne constitue pas une surprise.

Selon le directeur du groupe «Matin», «Le Matin Bleu» pourra au besoin aller jusqu'à 150'000 à 200'000 exemplaires et sera à même de publier lui aussi deux éditions régionales si nécessaire.

«Dans un premier temps, nous voulons bien implanter le journal, ajoute Théo Bouchat. Nous verrons ensuite si nous faisons deux éditions.»

Contrairement à «20 Minutes», le premier quotidien gratuit de Suisse romande pourra bénéficier d'une infrastructure déjà existante notamment pour le marketing et la mise en page, fait encore valoir le directeur du groupe «Matin». Edipresse présentera son projet en détail jeudi.

Un grand succès Outre-Sarine

Pour mémoire, le «20 Minuten» alémanique a été lancé dans l'agglomération zurichoise en décembre 1999, puis successivement étendu à Bâle, Berne, Lucerne/Zoug et récemment Saint-Gall.

Après deux ans et demi de vaches maigres, il a gagné les chiffres noirs fin 2002 pour ne plus les quitter. Il est sorti seul vainqueur de la guerre que se livraient les journaux gratuits zurichois, évinçant début 2002 le titre «Metropol» du groupe suédois Metro International.

Séduit par sa popularité, Tamedia l'a racheté au groupe norvégien 20 Min Holding et sacrifié son propre projet concurrent d'un quotidien gratuit qui se serait appelé «Express».

Avec 948 000 lecteurs en 2004/2005 selon les derniers chiffres REMP, «20 Minuten» est le quotidien le plus lu en Suisse, avant le «Blick». Il occupe aujourd'hui déjà plus de 90 collaborateurs, dont une cinquantaine de journalistes.

swissinfo et les agences

En bref

- Le groupe lausannois Edipresse lance son quotidien gratuit lundi prochain.

- Tiré à 100'000 exemplaires, «Le Matin Bleu» emploiera une quinzaine de journalistes à Genève et à Lausanne.

- Déjà détenteur du quotidien gratuit alémanique «20 Minuten», le groupe zurichois Tamedia va, quant à lui, s'attaquer à la Suisse romande en mars 2006.

- Tiré à 120'000 exemplaires, «20 Minutes» devrait employer une trentaine de journalistes pour deux éditions locales, l'une à Genève et l'autre à Lausanne.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.