Le patron des finances fédérales tance UBS

Le directeur de l’Administration fédérale des finances (AFF) ne ménage pas ses critiques envers UBS. Selon Peter Siegenthaler, la grande banque a fait preuve de «bêtise» et d’«arrogance», commettant des fautes plus grosses que celles de la défunte compagnie aérienne Swissair.

Ce contenu a été publié le 13 mars 2010 - 14:24

UBS a cumulé deux erreurs, souligne Peter Siegenthaler dans une interview publiée samedi dans les quotidiens germanophones Tages-Anzeiger et Bund. Elle s'est très fortement engagée dans des titres qui «ont conduit à des correctifs de valeurs énormes». Et la banque a aussi continué d'accepter de l'argent non déclaré, alors que «la place financière avait déjà reconnu qu'il ne fallait plus aller dans cette direction».

Selon Peter Siegenthaler, «cela a été une immense bêtise». Le directeur de l’AFF ne s'explique pas ce comportement. UBS a longtemps fait office de première de classe. «Dans ce contexte, il était difficile de la blâmer. La grande banque a aussi eu de la peine à prendre les critiques au sérieux.»

Peter Siegenthaler revient également sur le sauvetage d'UBS par la Confédération. Quand la décision a été prise de concéder «la plus grosse dépense de l'histoire de la Confédération» pour secourir la banque, «l'arrogance de certaines personnes» au sein d'UBS l'ont énervé, raconte-t-il.

Peter Siegenthaler estime que les dirigeants d'UBS de l'époque devraient être poursuivis sur le plan civil. La banque a elle-même réfléchi a cette option, «mais craint que du linge sale soit ainsi lavé pendant des années». Et Peter Siegenthaler de se demander «si ça ne sera pas de toute façon le cas».

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article