Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les voitures «propres» seront récompensées

La voiture la mieux notée est la Toyota Prius, qui roule à l'essence et à l'électricité.

(Keystone)

Les voitures polluantes sont dans le collimateur de l'Office fédéral de l'environnement qui a classé pour la première fois quelque 6000 véhicules selon leur bilan écologique.

Cette liste vise à remplacer l'«EtiquetteEnergie» par l'«EtiquetteEnvironnement» d'ici 2010. Avec des taxes plus légères pour les voitures plus respectueuses de l'environnement.

Le catalogue des «Critères de consommation d'énergie et de pollution pour les véhicules» (KeeF) tient compte des effets sur le climat, des polluants atmosphériques, du bruit et de la fabrication des carburants.

C'est ce que révèle un communiqué de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), confirmant une information de la «NZZ am Sonntag».

Plan contre les poussières fines

Les émissions sont évaluées indépendamment de la taille ou du poids du véhicule. Mais de manière générale, les petites cylindrées roulant à l'essence ou au gaz obtiennent les meilleures notes. A l'inverse, les gros moteurs diesel récoltent les plus mauvaises notes, sans exception.

L'OFEV a confirmé que le catalogue de critères de est une des suites du plan d'action contre les poussières fines, lancé en janvier 2006 par le ministre de l'Environnement Moritz Leuenberger.

Début juillet, le catlogue a été soumis aux cantons, aux associations du secteur et à l'administration fédérale pour en tester la fonctionnalité. Cette première phase durera quelques mois, puis les critères définitifs de la nouvelle Etiquette Environnement seront disponibles à la fin 2008.

Le principe du pollueur-payeur

CLa nouvelle étiquette, elle, devrait être introduite en 2010. Elle doit permettre «de prendre en compte des aspects environnementaux autres que la consommation de carburant lors de la fixation des taxes cantonales sur les véhicules à moteur ou des taxes d'importation fédérales», écrit l'OFEV.

Concrètement, cela signifie qu'à l'avenir les véhicules les moins polluants seront moins taxés alors que les véhicules les plus polluants le seront davantage.

Cette classification aura pour effet de réduire l'impact sur l'environnement, explique encore l'office. En même temps, cela constitue un signal clair envoyé à l'industrie automobile.

Réactions contrastées

Au Touring Club Suisse (TCS), Patrick Eperon trouve «intéressante» la proposition des autorités. «Mais la Suisse ne doit pas faire cavalier seul dans cette direction», a-t-il déclaré à la «NZZ am Sonntag».

Pour l'Association Transports et Environnement (ATE), c'est un «pas dans la bonne direction», notamment lorsqu'il s'agit de mesurer les émissions dans leur totalité, sans tenir compte de la seule dimension du véhicule.

Par contre le ton se durcit du côté d'Auto Suisse, l'association des importateurs. Ainsi, Andreas Burgener, son directeur, ne comprend pas pourquoi il faudrait tenir compte des critères tels que le bruit. «Tout le monde sait que le bruit dépend surtout du revêtement de la route et des pneus.»

swissinfo et les agences

Liste de l'OFEV

La voiture la moins polluante est la Prius du japonais Toyota, avec 76 points.

Puis les hybrides Punto 1,2 et Panda 1,2 de Fiat (80 et 81 points), la Cuore de Daihatsu (82) et la C3 de Citroën (82).

Parmi les plus polluantes se trouvent la Nissan Patrol, avec 919 points, la Ford Transit (858) et la VW T5 (842).

Fin de l'infobox

Etiquette Energie pour les voitures

L'EtiquetteEnergie vise à réduire la consommation de carburant des véhicules neufs,

La consommation doit être réduite de 3% par an, selon un objectif convenu avec les importateurs suisses d'automobiles, soit une réduction de 8,4 l (en 2000) à 6,4 l/100 km en 2008.

L'étiquette renseigne sur la consommation de carburant en litres/100km, les émissions de CO2 en g/km et l'efficacité énergétique calculée sur la base du poids à vide du véhicule.

Fin de l'infobox


Liens

×