Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Pascal Couchepin «vend» la Suisse à Abu Dhabi

Le cheikh Sultan bin Khalifa Al Nayan et l’ancien président de la Confédération à l’heure des hymnes nationaux.

(swissinfo.ch)

Sorti de sa retraite, l’ancien président de la Confédération est venu inaugurer dans la capitale des EAU une plate-forme d’amitié entre la Suisse et les Emirats Arabes, le royaume de tous les superlatifs.

On se bouscule au portillon doré des Emirats Arabes Unis (EAU) et de leur capitale Abu Dhabi: la cheffe de la diplomatie suisse Micheline Calmy-Rey y est passée samedi en coup de vent sur la route du Koweït, Pascal Couchepin y est venu en mission de deux jours. Le ministre de la défense Ueli Maurer doit y effectuer tout prochainement une visite de travail. Ambassadeurs et personnalités de l’économie (le président des banquiers Patrick Odier, l’ex-directeur de La Poste Claude Béglé, etc.) ont scellé un pacte d’amitié dans un décor à la (dé)mesure de cet Etat pétrolier.

Le Club des officiers, vaste comme une place d’armes, fait face à l’une des plus grandes mosquées du monde, la mosquée Cheikh Zayed, le père-fondateur des Emirats, un grand ami de la Suisse et de Genève. Sorti provisoirement de sa retraite, l’ancien président de la Confédération y a rencontré plusieurs ministres ainsi que le cheikh Sultan bin Khalifa Al Nayan, le fils aîné du président des Emirats et membre de l’exécutif d’Abu Dhabi.

Clinique suisse et campus de l’EPFL

Qu’ils soient banquiers, industriels, médecins ou hôteliers, voire même religieux comme l’évêque Paul Hinder, vicaire apostolique d’Arabie, les 2000 Suisses résidants essentiellement dans trois des sept émirats (Abu Dhabi, Dubaï et Ras Al-Kaimah) sont unanimes à souligner l’esprit d’entreprise et d’ouverture qui y règne malgré la charia.

Avec des fortunes diverses: si le projet d’îles solaires sous l’égide du CSEM de Neuchâtel a coulé à Ras Al-Kaimah (RAK), d’autres réalisations sont sorties des dunes, notamment une clinique privée, le RAK Hospital, de 50 lits dirigé par le Dr Marc Gauer sous la houlette de la clinique Sonnenhof à Berne, l’usine Falcon qui produit des millions de CD et DVD avec le Lausannois Adel Michael ou encore RAK Ceramics, la plus grande usine de céramique au monde dont le CEO est un Suisse d’origine libanaise, le Dr Khater Massaad, par ailleurs conseiller personnel du prince héritier.

Toujours dans «le plus suisse des Emirats» de RAK, l’EPFL projette de bâtir son premier campus hors-les-murs. Pascal Couchepin était venu y déposer la première pierre en mai 2009 en compagnie du président de l’école Patrick Aebischer et du cheikh Saud bin Saqr, le prince héritier qui mise sur la recherche et l’innovation. Mais le bâtiment n’est pas encore sorti du sable, confirme le doyen de l’EPFL Middle-East, le physicien Franco Vigliotti: «L’EPFL vise l’horizon 2012-2013. En attendant, 50 personnes y sont déjà impliquées à divers titres».

Malheureusement, l’émir toujours en poste vient de décéder à plus de 90 ans, entraînant une période de 40 jours de deuil. Le prince Saud bin Saqr qui lui succède avec effet immédiat pourrait bien revoir quelque peu ses priorités.

Une ville 100% verte

A Abu Dhabi, la crise financière a aussi ralenti les projets futuristes comme celui de Masdar-City, un mirage à 22 milliards de francs qui devrait voir sortir des sables une ville basée à 100% sur l’énergie renouvelable, sans pétrole (un comble pour un émirat qui a bâti sa prospérité sur l’or noir!) et sans dioxyde de carbone. Dans cette ville-modèle devraient vivre 50'000 habitants et 40'000 travailleurs à l’horizon 2018. Mais cela va aussi prendre du retard.

Contraint de boucher les trous financiers colossaux de Dubaï, Abu Dhabi a dû réviser ses gammes.

Le retard touche par ricochet le Village suisse de Masdar-City, projeté par des entreprises helvétiques. Swissinso à Lausanne a conçu des façades révolutionnaires avec climatisation solaire par captage à travers le verre et des systèmes de purification d’eau (100'000 litres par jour) regroupés dans deux conteneurs autonomes alimentés au solaire. Créée par un ex-délégué du CICR et de la SGS, dirigée par le chimiste vaudois Yves Ducommun, Swissinso mise sur le développement durable.

Armée et sport

L’amitié entre les deux pays passe aussi par la collaboration militaire. Berne crée à Abu Dhabi un poste d’attaché militaire avec le colonel André Schreier: avions d’entrainement Pilatus PC-21, simulateurs de tirs, collaboration suisse à la construction d’un hôpital militaire sont au menu des discussions lors de la visite d’Ueli Maurer, en principe les 12 et 13 novembre. Va-t-on aussi parler de l’interdiction des minarets chère au parti UDC du ministre ?

Si le développement durable est un véritable défi pour la planète, l’amitié durable entre deux Etats en est un autre: le député vaudois Jacques Perrin a reçu mission d’organiser à Lausanne, en juin 2011, le «match retour», avec des personnalités arabes conviées en Suisse, et le sport et ses fédérations à l’agenda.

Le fils du cheikh

Réception. Lors de sa visite à Abu Dhabi, Pascal Couchepin a été reçu par un membre de l’exécutif de la ville d’Abu Dhabi, le cheikh Sultan bin Khalifa Al Nayan, fils aîné du président des Emirats Arabes Unis.

Tour. Le nom de Khalifa a été donné à la tour la plus haute du monde qui culmine à 828 m au cœur de Dubaï. Celle qui devait s’appeler Burj Dubaï a changé de nom le soir même de son inauguration, en décembre 2009.

Geste. Ses concepteurs Emaar Properties ont ainsi fait un geste envers la famille royale d'Abu Dhabi qui a sauvé de la faillite l’émirat de Dubaï, pris de folies dépensières au point de friser le krach.

Fin de l'infobox

Un amoureux de Genève et de la Suisse

Cheikh Zayed. Le président Khalifa Al Nayan est le fils du cheikh Zayed, décédé en 2004 à un âge indéterminé vu l’absence de registres de naissance à l’époque: «J’avais rencontré le cheikh Zayed à Abu Dhabi, alors qu’il était déjà malade. Il était alors question qu’il vienne se faire soigner dans une clinique suisse», confie l’ancien président de la Confédération.

Père fondateur de la nation, son portrait se trouve partout dans l’émirat. La grande mosquée blanche, la deuxième la plus importante au monde, porte son nom.

Maison. Né vers 1918, Zayed était le descendant d’une famille qui a régné sur l'émirat pendant plus de trois siècles: «C’est un amoureux de la Suisse et de Genève, une ville qu’il a beaucoup fréquentée avec une maison en France, non loin de Genève. «C’est l’une des raisons pour laquelle les Suisses ont la cote aux Emirats», assure l’ambassadeur de Suisse à Abu Dhabi, Wolfgang Amadeus Bruelhart.

Fin de l'infobox

swissinfo.ch


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.