Navigation

Wawrinka, mousquetaire et roi de la terre battue

12 ans après son titre junior, Wawrinka brandit la Coupe des Mousquetaires. Reuters

Après la victoire de Stanislas Wawrinka à Roland-Garros, la presse suisse ne tarit pas d’éloges sur un tennisman «venu d’en bas» qui a su se hisser au sommet à force de sueur et de labeur.

Ce contenu a été publié le 08 juin 2015 - 10:23
swissinfo.ch

«Stratosphérique, Stan Wawrinka rejoint les mutants», «Un géant», «Le match de sa vie», «Enorme»: les journaux romands rivalisent de superlatifs sur le vainqueur de la Coupe des Mousquetaires. Et la presse alémanique n’est pas en reste, avec même des titres «en français dans le texte», comme «Grand Stan!», «Stratosphérique Stan» ou «Wawrinka royal».

Sans aller jusque-là, la «Basler Zeitung» salue en Une ces «très grands Romands», histoire de lier l’exploit du Vaudois Wawrinka à celui des Valaisans du FC Sion, vainqueurs de leur 13e finale de Coupe de Suisse (en 13 participations), 3 à 0 contre Bâle, sextuple champion de Suisse en titre et brillant depuis plusieurs années au niveau européen.

Enorme!

«N’ayons pas peur du mot! Ce qu’a réalisé Stan Wawrinka sur le central de Roland-Garros, face à un public hostile, un adversaire quasi injouable, est énorme», écrivent «Le Nouvelliste», de Sion justement, et «La Liberté» de Fribourg.

«C’était une chose d’éliminer Roger Federer sur la longueur des cinq sets. Mais c’en était une autre de dominer Novak Djokovic. Le Serbe, numéro un mondial, intouchable depuis plus de sept mois dans les tournois qui comptent, irrésistible à Paris, qui avait haché menu tous ses rivaux jusque-là. Sans la moindre compassion, avec la froideur d’un homme conscient de ses forces et qui s’apprêtait à rejoindre une caste réservée aux plus grands: celle des vainqueurs des quatre tournois du Grand Chelem».

Un géant

A 30 ans, Stan Wawrinka «devra une bonne fois pour toutes se résoudre à comprendre et à reconnaître qu’il est lui aussi un géant des courts. Un joueur en or massif. Un champion, un vrai, qui a su se forger un mental à travers les défaites et les coups durs, pour débouler à deux cents à l’heure dans la deuxième partie de sa carrière. Lui, le ‘Suisse qui perd’, est devenu le ‘Suisse qui gagne’, celui pour lequel tout un pays vibre à pleins poumons désormais…», écrit «24 heures».

«Si la quête de l’Open d’Australie avait déjà constitué un truc monstrueux dans sa carrière, le sacre glané dimanche après-midi a le mérite de mettre tout le monde d’accord, ses détracteurs y compris: non, Melbourne n’était de loin pas un hasard, mais bien le point de départ d’une formidable ascension», prédit le quotidien vaudois.

Une ascension entamée ici même à Roland-Garros il y a douze ans, lorsqu’il avait décroché le titre des juniors, rappelle la «Neue Luzerner Zeitung». «Et à une époque dominée par le quartet Djokovic, Federer, Nadal et Murray, Wawrinka s’est désormais hissé au rang de cinquième force. Et même plus pour les fans au pays: ce Stan the Man, ce tant vanté «Stanimal» n’est plus le contemporain inoffensif toujours plus ou moins quelque part derrière Federer, mais bien l’homme à côté de lui».

A la force du poignet

Cette ascension, les commentateurs sont nombreux à souligner qu’elle est due d’abord à un travail infatigable plus qu’à un talent inné. Une attitude de «bûcheur» qui pourrait orienter des vocations. Comme l’écrit «Le Temps», «s’il est difficile pour un jeune de s’inspirer de son jeu – car tout le monde ne possède pas sa frappe de balle – chaque junior peut se servir de l’exemple de cet enfant de la campagne du Gros-de-Vaud qui, tout seul, tapait des balles contre la porte de la grange jusqu’à la tombée de la nuit. Cela peut parfois mener très loin, au panthéon du tennis mondial, ce dimanche à Paris».

Contenu externe

L’«Aargauer Zeitung» et plusieurs autres quotidiens alémaniques saluent également «un des travailleurs les plus acharnés du circuit. Sans relâche, il a amélioré tous les niveaux de sa performance. Et amené toutes les composantes de son jeu au plus haut niveau: technique, tactique, physique et mental».

Ce titre à Roland-Garros est le dixième du Vaudois, dont six gagnés dans les 15 derniers mois, récapitule le commentateur alémanique. «Et presque comme un rappel, il a aussi dans cette période apporté, avec Roger Federer, la Coupe Davis en Suisse. Il ne doit plus désormais se cacher derrière son copain, Wawrinka fait partie des plus grands sportifs de l’histoire suisse».

«Son chemin est un bon exemple de ces sportifs individuels suisses qui atteignent le sommet mondial», ajoutent le «Bund» de Berne et le «Tages-Anzeiger» de Zurich. «Ils sont rarement des ‘produits’ de concepts ou de programmes. Ils réussissent simplement parce qu’ils ont la tête dure et qu’ils en ont eux-mêmes pris l’initiative».

Le miracle du tennis suisse

«Stan Wawrinka ne fait pas partie de ces Romands montés à Paris dans l’espoir d’une reconnaissance dans notre ‘capitale culturelle’, enchaîne «Le Temps». «En tennis, que pèse la victoire de Yannick Noah à Roland-Garros en 1983 face aux 24 titres majeurs, à la victoire en Coupe Davis et aux deux médailles olympiques que Martina Hingis, Roger Federer et Stan Wawrinka ont amassés depuis vingt ans? Voué à l’extinction depuis des années, le miracle tennistique suisse n’en finit pas de se régénérer».

«Prétendre que la Suisse est un bastion du tennis serait présomptueux», tempère néanmoins le «Landbote» de Winterthour. «Mais les récents succès font plaisir à voir: la victoire historique en Coupe Davis, l’ascension des filles en Fed Cup, les deux Grand Chelem de Wawrinka, après une demi-finale 100% suisse contre Federer à Roland-Garros et Timea Bacsinszky en demi-finale du même tournoi: pas mal de nations du tennis réputées plus fortes peuvent regarder la ‘petite’ Suisse avec envie».

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.