Navigation

La police ferroviaire veut être armée de tasers

Contenu externe

La police des Chemins de fer fédéraux souhaite que ses agents soient à l’avenir armés d’un taser, comme le révèle la télévision suisse alémanique SRF. C’est le gouvernement qui en décidera. 

Ce contenu a été publié le 19 janvier 2018 - 08:29
swissinfo.ch avec la RTS (Téléjournal du 18 janvier 2018)/kr

La police ferroviaire suisse est responsable de la sécurité des usagers dans les gares, les trains, mais aussi dans les trams et bus de certaines villes. Ses agents sont déjà armés d'un pistolet, mais cela ne suffit plus, selon leur commandant. 

Lors d'une réunion jeudi à Genève, le chef de la police des transports des CFF, Jürg Monhart, a déclaré: «À mon sens, les tasers et les armes longues sont nécessaires. Non pas en raison d'une augmentation des cas d'agression, mais parce qu'elles sont plus graves. Des individus sont armés de couteaux, et il est impératif que nous puissions y faire face avec un taser.» 

Le commandant n'a d'ailleurs pas hésité à tester personnellement ce pistolet électrique:

Faire face à des individus dangereux

Pour Pierre Maudet, conseiller d'Etat genevois en charge de la Sécurité, la question est légitime. «Ces dernières années, la France et la Belgique ont été confrontées à des attaques terroristes dans les trains», confie-t-il à SRF. «La question est de savoir comment on peut neutraliser ces individus, et elle se pose naturellement aussi en Suisse.»

L'Office fédéral des transports (OFT) estime que le système actuel fonctionne bien, mais il serait prêt à examiner le dossier si une requête lui était soumise. Au final, ce sera au Conseil fédéral de trancher.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.