Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Tuyautée par Paris, Madrid cible ses fraudeurs

Les Espagnols ayant déposé de l’argent au noir en Suisse - les médias ibériques évoquent 3000 «comptes secrets» - ont jusqu'au 5 juillet pour payer des impôts sur les sommes non déclarées. Les autorités fiscales espagnoles auraient été informées par leurs homologues françaises sur la base des données subtilisées à la filiale suisse de la banque HSBC.

Le montant des sommes déposées sur ces comptes pourrait avoisiner au total six milliards d'euros, affirment les quotidiens Expansion et El Pais.

Les autorités espagnoles ont exigé des titulaires de comptes secrets qu'ils payent avant le 30 juin des impôts, avec des intérêts et des amendes sur les montants non déclarés. Mais une prolongation au 5 juillet a été accordée.

«L’agence fiscale a octroyé un délai court à ces fortunes afin qu’elles régularisent ces sommes en millions [d’euros], générées en 2005 et 2006, selon des sources proches du dossier», écrit jeudi El Pais.

Pour lutter contre un déficit public massif, le gouvernement de Jose Luis Zapatero s'est engagé à taxer plus lourdement les Espagnols les plus riches. Le gouvernement a exclu une amnistie, à la différence de l'Italie où possibilité est donnée de rapatrier les fonds sans avoir à s'expliquer sur leur origine.

La filiale suisse d'HSBC Private Bank a indiqué récemment que le vol de données secrètes commis chez elle il y a trois ans a concerné 24'000 de ses clients au total.

Contacté par swissinfo.ch, Mario Tuor, expert à la Division des affaires internationales de l’Administration fédérale des contributions, confirme que «la Suisse travaille à vérifier ces informations», mais ne peut pour l’instant «ni les confirmer, ni les démentir».

swissinfo.ch et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.