Navigation

Egalité des chances: les Suissesses frustrées

Emplois non-qualifiés, inégalité des salaires: les travailleuses helvétiques ne voient pas toujours la vie en couleurs. Keystone

Dans une étude du World Economic Forum (WEF), la Suisse se classe au 34e rang seulement en termes d’égalité des chances entre hommes et femmes.

Ce contenu a été publié le 16 mai 2005 - 12:12

Si les femmes profitent de bonnes ouvertures sur le plan politique, c’est loin d’être le cas dans l’économie et le domaine de la formation.

Au classement («Gender gap index») des 58 pays passés sous la loupe de l’organisation basée à Genève, la Suisse fait pâle figure. Elle apparaît en bas de tableau, bien derrière ses voisins occidentaux, à la 34e place des pays analysés sous l'angle de l'égalité des chances entre hommes et femmes.

La Suisse fait plutôt bien en matière de participation politique des femmes (17e). Une situation remarquable, estime le WEF, compte tenu du fait qu’elles n’ont obtenu le droit de vote à l’échelle fédérale que récemment, en 1971. La Suisse fait mieux encore en termes de bien-être et de soins dont les femmes peuvent bénéficier (7e).

Mais dans l’économie et la formation, la situation est toute autre. Selon le WEF, la Suisse est l’un des rares pays industrialisés où le taux de participation féminine aux offres de formation à disposition s'inscrit constamment en retrait de celle des hommes (49e).

Et dans le monde économique, ces mêmes femmes ont de quoi être doublement frustrées. Autant en termes d’égalité dans la rémunération (salaire égal à travail égal, 43e) que d'opportunités (accès au marché du travail qualifié, 42e).

Les pays nordiques au top

Sans surprise, la palme des pays les plus égalitaires entre sexes va aux nations nordiques...

Dans le classement du WEF, ces derniers occupent les cinq premiers rangs. C'est en Suède, première à l'arrivée, que le fossé entre hommes et femmes est le plus réduit.

La Norvège prend la deuxième place, suivie de l'Islande, du Danemark et de la Finlande. L'expérience de ces pays montre que les efforts sur le long terme conduisent à un succès durable, juge le WEF.

«Ces sociétés ont compris l'utilité économique des capacités féminines», commente aussi l’organisation. Les pays scandinaves sont d'ailleurs aussi les mieux classés sur le plan de la compétitivité.

Les Etats-Unis pour le part figurent au 17e rang. Cela dit, aucun pays n'a encore atteint une égalité des chances complète, précise le WEF.

L’Egypte ferme la marche

Au classement toujours, les pays de l'Union européenne (UE) se positionnent bien dans l’ensemble. Le Royaume-Uni (8e) et l'Allemagne (9e) figurent même au top ten. L'Italie (45) et la Grèce (50) sont, eux, les moins bien classés de l'UE.

La plupart des pays d'Amérique latine restent pour leur part largement en retrait. Selon le WEF, le problème se situe au niveau de l'accès réduit à la formation, aux droits fondamentaux, aux soins médicaux ainsi qu'à la participation politique.

Parmi les derniers du classement, figurent le Pakistan (56e) et la Turquie (57e). C'est l'Egypte qui ferme la marche. Un écart important y est constaté dans tous les domaines examinés.

swissinfo et les agences

Faits

Pour établir son «Gender gap index», le World Economic Forum a passé en revue 30 Etats de l’OCDE et 28 pays émergeants.
Son étude se fonde sur les critères de:
La participation économique (rapport entre salaire et travail)
Les opportunités économiques (accès au marché du travail qualifié)
L'influence et la participation politique
Le degré de formation
L'accès à la santé et au bien-être

End of insertion

En bref

- Extrait du classement proposé par le WEF:

1. Suède
2. Norvège
3. Islande
4. Danemark
5. Finlande
6. Nouvelle-Zélande

9. Allemagne

13. France

17. Etats-Unis

28. Autriche

31. Russie

33. Chine
34. Suisse

38. Japon

45. Italie

50. Grèce

58. Egypte

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.