Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Emotion autour du sort de 523 requérants d'asile

Samedi, le cortège des manifestants s'ouvrait avec un groupe d'enfants.

(Keystone)

Inquiète du sort des requérants menacés de renvoi dans le canton de Vaud, la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey demande un suivi dans les pays de retour.

La semaine s'annonce décisive pour les 523 requérants menacés de renvoi dans le canton de Vaud. Samedi, une manifestation a réuni plus de 1500 personnes à Lausanne.

«Ces personnes trouveront assistance en arrivant, qu'elles soient rentrées volontairement ou non. La Suisse ne les abandonne pas», a promis Micheline Calmy-Rey, ministre des Affaires étrangères, dans une interview au Matin Dimanche.

«Je m'inquiète pour ces gens qui vivent une situation personnelle très dure, et je m'inquiète aussi pour la crédibilité de la Suisse», explique-t-elle, ajoutant qu'elle ne pense pas «qu'on peut du jour au lendemain se désintéresser du sort de ces familles qui ont vécu des années en Suisse».

Information lundi

La conseillère fédérale précise qu'elle n'a aucun conseil à donner au canton de Vaud, ni à juger de l'accord conclu, mais que c'est l'aspect humain qui la touche.

Le gouvernement vaudois a été informé la semaine dernière de la mise en place de ce programme de suivi dans les pays de retour par la Direction du développement et de la coopération (DDC).

Une information plus concrète et détaillée sur le sujet sera donnée lundi après-midi, a déclaré à l'ats un porte-parole de la DDC sans vouloir en dire plus.

Il faut dire que, le week-end dernier, le retour mouvementé d'une famille kurde en Turquie a déjà suscité un tollé. A Istanbul, le couple kurde avait été arrêté pour un contrôle de police. Le père avait ensuite été retenu près de 48 heures.

Un député vaudois membre du groupe d'observateurs a dénoncé «une bavure monumentale».

Mobilisation importante

Pour les requérants, la semaine s'annonce décisive surtout qu'un autre délai échoit mercredi. Le canton de Vaud a décidé de prolonger jusqu'à cette date la possibilité pour les requérants déboutés de s'inscrire à un programme d'aide au retour.

Il a en revanche refusé l'idée d'un moratoire sur les renvois de requérants d'asile déboutés. Cette affaire a suscité samedi un nouvel élan de solidarité.

Entre 2000 et 1500 personnes, selon les sources, ont manifesté samedi à Lausanne. Sous l'égide du mouvement Coordination Asile, les organisateurs de la manifestation protestaient contre la «dureté de la politique du gouvernement vaudois». «Un renvoi, c'est un renvoi de trop» scandaient les manifestants.

Selon Christophe Tafelmacher, porte-parole des organisateurs, cette manifestation a constitué un «immense succès».

Pendant la manifestation, les organisateurs ont distribué une lettre ouverte au conseiller d'Etat Jean-Claude Mermoud, le critiquant d'avoir adopté une «position minoritaire dans le coeur et la conviction des habitants du canton».

Un sondage approuve

La mobilisation de la population est confirmée par un sondage publié samedi par 24 Heures, selon lequel une majorité des Vaudois désapprouvent les renvois.

Selon le sondage auprès de 465 citoyens vaudois, la majorité des habitants du canton (63,6%) désapprouvent l'usage de la force.

51% des personnes interrogées se déclarent «pas du tout d'accord» avec la décision de renvoyer les requérants déboutés alors que 43% des sondés se disent «tout à fait d'accord».

De plus, 62,5% des personnes interrogées sont d'avis qu'il ne faut plus renvoyer les requérants déboutés après cinq ans d'attente.

swissinfo et les agences

En bref

- Le canton de Vaud s’est longtemps distingué du reste de la Suisse en refusant de renvoyer de force les requérants déboutés par la Confédération.

- En mai, il a demandé à l’Office fédéral des réfugiés de réexaminer 1280 dossiers.

- Ce dernier a maintenu l’ordre de renvoi pour 523 personnes, dont une partie vivent en Suisse depuis des années.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.