Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Empreintes digitales: Berne contre Washington?

Empreintes digitales et portrait numérique, ici à Hartsfield Jackson International Airport, Atlanta.

(Keystone)

La décision des Etats-Unis de contraindre les voyageurs de tous les pays du monde à donner leurs empreintes digitales suscite en Suisse de vives critiques.

Un député influent exige même des mesures de rétorsion.

S'ils n'ont pas l'intention d'y travailler ou d'y rester plus de 90 jours, les Suisses peuvent se rendre aux Etats-Unis sans visa. Ils sont en effet ressortissants d'un des 26 pays que les Etats-Unis ont libéré de l'obligation du visa à la fin de la Guerre Froide.

Dès le 30 septembre de cette année, les ressortissants de ces 26 pays ne seront cependant admis sans visa que s'ils possèdent un passeport lisibles par ordinateur.

Comme toutes les autres personnes soumises à l'obligation du visa, ils devront en outre donner leurs empreintes digitales et se faire photographier – photo numérique du faciès – lors de leur entrée aux Etats-Unis.

Annoncée début avril, cette dernière mesure suscite en Suisse une controverse qui va croissant.

Porte ouverte aux abus

Dans une récente interview, le préposé fédéral à la protection des données, Hanspeter Thür, a par exemple déclaré que les mesures américaines risquaient «d'ouvrir toute grande la porte des abus» et qu'elles étaient de nature à favoriser une «érosion des principes de la protection des données» en honneur en Suisse.

Les Etats-Unis, en fait, seraient en train de créer «une gigantesque banque de données» sans dire aux personnes concernées «ce qui adviendra de ces données et pendant combien de temps elles seront gardées».

Intervention parlementaire musclée

Pour sa part, et comme il l'a confirmé à swissinfo jeudi soir, l'influent député démocrate-chrétien saint-gallois Eugen David prépare pour la session de juin des Chambres fédérales une intervention parlementaire musclée par laquelle il exigera que la Suisse prenne des mesures de rétorsion à l'encontre des Etats-Unis pour protester contre les nouvelles dispositions.

Selon Eugen David, il serait tout à fait normal que la Suisse réagisse dans cette affaire comme l'a fait le Brésil – qui a imposé aux Américains les mêmes mesures que celles que les Américains imposent au reste du monde – car les récentes décisions de Washington seraient «profondément disproportionnées et exagérées, mais aussi inéquitables».

Eugen David se dit par ailleurs préoccupé par le risque que les photos numériques du faciès prises lors de l'entrée aux Etats-Unis ne soient un jour utilisées à toutes sortes de fins policières sur le territoire américain.

L'Ambassade des Etats-Unis à Berne a visiblement été émue par ces critiques car elle a organisé jeudi à Berne une conférence de presse peu habituelle qui a permis aux journalistes présents d'interroger par vidéo et en direct trois responsables des services américains de l'immigration qui se trouvaient à Washigton.

A plusieurs reprises, les trois intervenants ont exprimé l'avis que le risque d'abus dans l'application des nouvelles mesures était pratiquement nul.

swissinfo, Michel Walter


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.